Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« avril 2021 »
L M M J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2
 

 

Accueil du site > Actualités > Clubs Taurins et Organisateurs > Marsillargues > 2015 : Le CT "Lou Bajan" présenté par son président Thibaud Servière.

2015 : Le CT "Lou Bajan" présenté par son président Thibaud Servière.

vendredi 13 mars 2015, par Leclercq Davy

Thibaud Servière, président du Club Taurin "Lou Bajan" répond aux questions de Davy Leclercq chroniqueur de La Marseillaise, qu’on ne présente plus.

Bonjour Thibaud avant de partir sur histoire du CT du Bajan peux tu te présenter a nos lecteurs ?
Je suis un passionné âgé de 27 ans.
Le milieu des taureaux m’est familier puisque bercé très jeune du coté de la Tour d’Anglas par mon grand père. Avec mon frère nous sommes la 4ème génération à monter pour les couleurs rouge et verte. Je suis un raouba vesso et fier de l’être. Vous allez me dire bizarre lorsque l’on est président du CTPR LOU BAJAN de Marsillargues.
Mais parlons plutôt du club taurin.

Peux-tu nous raconter l’histoire de ce club ?
Tout commence en 2004, une bande de collègues organise une course de nuit dans les arènes de Marsillargues. Devant le succès de cette manifestation, ils décident de déposer les statuts en préfecture l’année suivante donc en 2005.
Les membres du bureau de l’époque sont tous âgés de 18 ans. La première course en pointes a lieu en 2007, c’est une course de vaches cocardières.
L’année suivante sera créé le trophée du Bajan d’Or.

Cette saison fut plutôt une réussite ?
La temporada 2014 a été de bonne tenue.
Les spectateurs étaient aux rendez-vous. Notre trophée du Bajan d’Or a été de qualité. Les lauréats sont Christophe Clarion et Bayle de Vinuesa.
Au cours de la saison, nous avons vu évoluer deux jeunes éléments aux forts potentiels pour les années à venir. Tous les deux sont âgés de 4 ans, ils ont montré dans des registres différents de biens belles qualités.
Ce sont des pensionnaires du Grand Radeau et de la Tour d’Anglas.
Je vous laisse les découvrir dans notre piste ou celle de nos confrères. La fin de saison a été une totale réussite. La première course que nous avons présenté était « inédite », nous avons inauguré le jumelage des manades St Gabriel et Nicollin.
Cette course a surpris bon nombre d’aficiouna par sa tenue mais aussi et surtout sa qualité.
Juvénal, Tzigane, Sugar, Mousquioun et Ténor ont rendu une copie complète tant au niveau cocardier que barricadier. Le lendemain la complète de la manade Cuillé a été annulée en raison de la pluie.
La clôture de la saison était donnée aux élevages Vinuesa et Occitane le Dimanche 16 Novembre. Les membres du club taurin auront travaillé toute la semaine pour que la der puisse avoir lieu.
En effet, il a fallu évacuer le surplus d’eau, sécher la piste (copeaux, sciure), la bâcher et enfin la travailler. Devant des arènes archi-pleines, le spectacle était au rendez vous avec un très bon Pavoun, un excellent Pétrus et un final explosif avec Ajax.
Les hommes en blanc eux aussi ont brillé tout au long de la saison avec en leader Katif suivit de Rassir, Clarion, François Martin ….
Mais une saison taurine c’est aussi des sorties dans les élevages, des courses dans d’autres arènes et surtout des réunions, des lotos et du bénévolat ce qu’il ne faut pas oublier.

Marsillargues respire la bouvine ; le challenge de monter des plateaux de qualité doit être un honneur surtout dans cette piste si particulière par son cadre et sa difficulté ?
En effet, la piste de Marsillargues a vécu de grands moments de bouvine.
De grands taureaux ainsi que les meilleurs raseteurs se sont succédés au fil des années. Nous essayons de redonner ses lettres de noblesse à cette piste mythique dans ce cadre unique.
Connaissez-vous un seul endroit où les arènes sont surplombées par un château, une église, une mairie et un café ?
Je ne pense pas.
Elles sont inscrites sur la liste des monuments historiques protégés depuis le 22 février 1993. Tout cela fait que pour le club taurin c’est un honneur mais aussi un challenge permanent d’essayer d’avoir des plateaux de qualité.
Rajoutez à cela quatre angles prononcés dont deux très techniques (angle du toril et du portail) et une contre piste à la largeur astronomique. Vous obtenez des arènes idéales pour la protection des taureaux mais propice à la découverte ou la confirmation de raseteurs de talent.
La difficulté de cette piste nous oblige à être le plus rigoureux possible dans le choix des raseteurs mais aussi des taureaux. Nombreuses tenues blanches marquent un certain temps d’arrêt à l’annonce de la piste de Marsillargues.
Nous organisons 4 courses à l’avenir chaque année ce qui ne nous place pas parmi les favoris lorsque certains en organisent 3 voire 4 fois plus.
Nous essayons de mélanger avec des jeunes issus des ligues et ceux concourant déjà pour le trophée de l’avenir.

Le club taurin souhaite au maximum grandir le taureau lors de ses courses.

Nous privilégions les taureaux jeunes (5 à 8 ans). Cependant, cette jeunesse les entraîne à franchir les barrières souvent à l’angle du portail. A nous de trouver la bonne recette. La forme de la piste favorise la valorisation du coté cocardier d’un taureau.
Le club taurin travaille avec 8 manades et une 9ème sera réintégrée en 2015. Le but et la fierté de notre association est de faire découvrir de nouveaux éléments qui feront un jour, nous l’espérons, les beaux jours de la Course Camarguaise.

Parlons du Bajan d’or un trophée qui a vu bon nombre de cocardier d’avenir y participer ?
Le Bajan d’Or a été crée il y a maintenant 7 ans.
Il se déroule sur une seule course. Il met à l’honneur le meilleur animateur et le meilleur taureau en devenir. Le jury est composé de 7 personnes (6 présidents de clubs taurins et d’un représentant des Clubs Taurins Paul Ricard).
Voici une liste non exhaustive des taureaux ayant participé au Bajan d’Or ainsi que leur âge à ce moment là :
- Lou verri et mirabeau (St Pierre), Pavoun (Vinuesa) : 8 ans.
- Horatio (Cuillé), Rabino (Raynaud), Pétrus (Occitane) : 7 ans.
- Coquet (Cuillé), Ratis (Raynaud), Patou (Occitane), Perroquet et Dubonnet (Ricard) : 6 ans.
- Utaka (St Gabriel) : 5 ans.

Le Bajan d’or 2015 ce profil avait vous quelque informations a nous dévoiler ?
Les grandes lignes sont définies, 80 % du programme est bouclé.
Les manades Nicollin, Ricard, St Pierre, Occitane, Raynaud et Cuillé y participeront. Nous avons parmi ces six éléments, trois taureaux qui ont fait parler d’eux en 2014.
Pour les hommes en blancs une belle équipe se dessine.
Prochaine information pour notre assemblée générale le dimanche 28 Février.

Avant de terminer notre discussion as-tu des personne à remercier ?
Bon nombre de personnes sont à remercier, et je m’excuse pour les personnes que je pourrais oublier.
- Le café du midi chez Gérard et Michèle notre siège social et tellement plus.
- Les bénévoles du club taurin qui œuvrent toute l’année pour que tout se déroule correctement.
- Nos sponsors qui grâce à leur aide permettent au club d’avancer.
- Nos adhérents qui nous soutiennent et nous font confiance,
- les aficionados qui garnissent nos arènes,
- la société Ricard notre partenaire de toujours.
- Aurélien Laget pour la fidélité et l’amitié qui s’est développé au cours des années.
- Les raseteurs indispensables à la Course Camarguaise.
- Je finirai par les manadiers et gardians qui permettent chaque année grâce à leur confiance, leur travail, leur fidélité de faire grandir le Club Taurin Paul Ricard "Lou Bajan".

La dernière personne que je souhaite remercier est Monsieur Jean Mathieu pour tout le savoir qui nous a inculqué.

Le mot de la fin ?
Ce ne sera pas un mot de fin mais plutôt mon regard sur la Course Camarguaise du haut de mes seulement 27 ans et du jeune âge de mon club taurin (10 ans en 2015).
Beaucoup de raseteurs actuellement sont managés, cela à mon sens limite le dialogue et le partage entre l’organisateur et le raseteur.
Nous constatons une envolée des invitations pour le trophée de l’avenir, est-ce judicieux ? Je ne crois pas. La faute à qui ? A certains organisateurs qui font monter les enchères.
Que devient la notion d’argent et le plaisir qu’un organisateur a d’augmenter l’invitation d’une personne qui c’est surpassée lors d’une de nos courses ?

Attention, je ne veux surtout pas lever le mérite aux hommes en blanc.
Tout travail (qui plus est risqué) mérite récompense. Mais à l’heure où l’argent n’est pas monnaie courante dans notre société et au vu des difficultés rencontrées par notre fédération pour trouver de nouveaux et surtout solides partenaires. Il faut je pense trouver un juste équilibre entre le verre trop plein et celui presque vide.
L’hiver arrive progressivement et nous sommes en pleine concertation pour le calendrier 2015. (A non excusé moi, certaines personnes choisissent, se placent puis vous en êtes informés).
Et oui même jeunes nous ne sommes pas dupes. Respectons les dates traditionnelles, les clubs taurins petits ou grands et arrêtons de ne voir que le bout de notre nez car vous le savez tous …. La roue tourne !!!
Un dernier remerciement au journal La Marseillaise pour cette entrevue.

Répondre à cet article