Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« novembre 2019 »
L M M J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1
 

 

Accueil du site > Notre Patrimoine > La Bouvine > 26. Manades-Manadiers > de Taureaux > a1- Élevages disparus > PAPINAUD-DROUILLON 1875 - ... > Notes sur la manade Papinaud-Drouillon

Notes sur la manade Papinaud-Drouillon

vendredi 30 novembre 2018, par Bernard

Mise à jour : 30/11/2018

Drouillon gendre de Théophile , beau frère de Gustave.
Création de la manade en 1875 par Théophile Papinaud avec 30 vaches qu’il acheta a la Veuve Rédarès, propriétaire des pâturages de Terre-Neuve, au Grau du Roi, ayant comme bayle gardian "Bamboche"
Ensuite acheta des vaches à Boissier de Nages, propriétaire du Mas du Sauvage, et pendant 4 ans il lui acheta ses étalons.

1896 : la manade passe aux mains de Gustave son fils

1903 : Gustave Papinaud meurt, et la manade passe aux mains de Mathieu Raynaud ( renseignements de Casimir Raynaud)

Autres renseignements d’origines diverses :
1899, Drouillon avait vendu sa part à Baroncelli ce qui laisse supposer qu’en 1896 la manade avait été partagée entre les 2 beaux-frères.

Vers 1885, Papinaud achète à Nîmes 4 toros espagnols de race Andalouse ; 2 pies-noire ( berrendos en negro) et 2 bruns roux (castaños)
2 cocardiers célèbres : Manjo Bounet, et l’Eclair
Vers 1888, échange de vaches avec Yonnet.

Vers 1892, échange avec Yonnet un dompteur cédé pour 1 ternen devenu étalon, achat d’un étalon chez Yonnet devenu cocardier fameux : L’Esquinau

Cocardiers : Le Caveyrac, Pario, L’Esquinau, l’Empeza, Lou Caraque, Lou Catalan, Lou Sabre.

"Nosti biòu", (article de G.Gadiot) paru dans l’arlésien du 5 janvier 1952 :
Extraits :
(...) Je retrouve dans mon étude (Taureaux en Arles, autrefois et aujourd’hui) paru en 1938 sur le Toril les ligne suivantes :
1886 : voit paraître L’Eclair, toro de race Andalouse appartenant à Papinaud, difficile à décoiffer en raison de son coup de tête saccadé et j’ajoutai : » N’oublions pas qu’à cette époque , les taureaux n’étaient pas encore mis à mort dans notre région, ce qui explique l’achat possible de ces toros espagnols courus simplement en « capea » comme nous disons maintenant.

Pour 1887, j’écrivais ceci :
Joseph Yonnet et Théophile Papinaud ont les taureaux les plus cotés.

Pour 1895 : ( toujours d’après mes notes), un jeune homme de Codognan du nom de Zol, présentait dans nos arènes un taureau de 4 ans qu’il avait dressé, il se nommait « le Basile » de Papinaud, il le brossait, se faisait suivre, lui passait entre les pattes, et s’asseyait entre les cornes pendant que le taureau mangeait un seau de barbotage…..

Vers 1885, les bêtes pâturaient au Cailar pendant l’été et l’Esquinau et Beauduc l’hiver….

Certains cocardiers avaient eu du renom, entre autres :
Le Caveyrac, L’Empaza, Lou Caraque, Lou Catalan, Lou Sabre

Première mise en ligne le 5 avril 2017

P.-S.

Extrait de " Notes sur les manades" de Gérard Gadiot

6 Messages de forum

  • Notes sur la manade Papinaud-Drouillon 10041 Le 5 avril 2017 à 10:23 , par VOVO

    Le 4 Août 1872, Louis Virgile SOULET de VAUVERT vend à Théophile PAPINAUD 43 bêtes d’origine BOISSIER.

    Le 1er Mars 1896 le couple de Théophile PAPINAUD fait une donation-partage entre leurs 4 enfants (3 filles et Jean GUSTAVE).

    A l’issue de cette donation-partage, c’est l’époux de Léonie (Louis Mathieu DROUILLON) qui vend 128 bêtes, au Marquis de BARONCELLI. (soit la part des 3 filles PAPINAUD)

    La part de Jean Gustave PAPINAUD est de 72 taureaux.

    Céleste PAPINAUD se marie le 15/02/1879 avec Alphonse BOUVIER

    Jean Gustave PAPINAUD se marie le 11/06/1881 avec Angélina HUGON

    Emilie Jeanne PAPINAUD se marie le 21/10/1881 avec Jean Louis BOUVIER

    Léonie PAPINAUD se marie le 19/02/1889 avec Louis Mathieu DROUILLON

    Le grand-père Jean PAPINAUD charron s’était marié à UCHAUD avec Anne RIQUET le 20 Avril 1813

    Cf : Les Origines de la Manade Louis NICOLLIN

    Répondre à ce message

  • Notes sur la manade Papinaud-Drouillon Le 5 avril 2017 à 10:39 , par VOVO

    LUNEL Mardi de Pentecôte 4 Juin 1895

    Course de PAPINAUD-DROUILLON

    Entre le 4ème et 5ème taureau, le boîteux ZOL de CODOGNAN, donnera à manger au centre de la piste, à BAZILE.

    Répondre à ce message

  • Notes sur la manade Papinaud-Drouillon Le 30 novembre 2018 à 23:12 , par Marc Leenhardt

    La manade Papinaud a été crée certainement un peu plus tôt que 1875 ; Dans le journal "Courrier du Gard" du 26 mai 1872, on peut lire ces quelques lignes : Arenes de Nimes (Direction M.R.Mourier) Demain dimanche 26 mai, à trois heures précises, course libre de sept magnifiques taureaux, la plupart croisés de race espagnole, n’ayant jamais paru dans le cirque de notre amphithéâtre romain, tous porteurs de cocardes aves primes, et provenant de la fameuse manade des pâturages dou gran Radéou, près la mer, propriétaires Papineaud et Cie.

    Dans le journal "Le Midi" du 20/07/1873 nous pouvons lire : Arenes de Nimes (Direction Bourillon) Dernière Course Libre de Sept Taureaux de la fameuse manade du Mas-Neuf, domaine de la Sylve, propriétaires MM.Papinaud et Petit-Jean.

    M. Jean Louis Petit-Jean avait acheté (comme Theophile Papinaud) 40 taureaux à Virgile Soulet le 24 septembre 1872 cf livre de J.Tourreau page 71.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article