Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« septembre 2019 »
L M M J V S D
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6
 

 

Accueil du site > Actualités > Trouvé sur le Net : > Une interview de celui qui incarne l’espoir au sein de la FFCC

Une interview de celui qui incarne l’espoir au sein de la FFCC

samedi 20 juillet 2019, par Salva

C’est celle que vous pourrez lire sur le Blog de Patrick Pons qui a interrogé longuement et précisément le chef de l’opposition fédérale, le leader d’un mouvement déjà bien connu - "La Fédération c’est vous !" - Nicolas TRIOL.

Vous pourrez lire son article intitulé :
"A L’HEURE DU DÉRÈGLEMENT CAMARGUAIS" en cliquant sur ce lien : (...)

"A L’HEURE DU DÉRÈGLEMENT CAMARGUAIS" *

Je l’ai lu attentivement et mes premières impressions - très modestes - ont été de ressentir un Nicolas Triol sincère, qui ne s’est pas défilé devant certaines questions financières (ou pas) délicates.

Il possède son sujet, il a la connaissance des hommes, de l’institution, de l’entourage mais...
On sent qu’il ne se livre pas, que ses mesures pour améliorer la situation sont peaufinées, prêtes à l’emploi mais - maître de son sujet - nous ne les connaîtrons pas encore.
Nous avons la direction, nous saurons - quand il l’aura décidé - comment on y va.

Pour moi, cette attitude c’est celle de quelqu’un prêt à la prise de responsabilités. Il est capable, malgré tout le savoir-faire de Patrick Pons, de résister et de ne pas tout dévoiler.
Je pense à la question : "Quelle serait votre politique de reconquête des spectateurs ?"...

Indéniablement, pour lui, il y a un temps pour tout ; son calendrier est prêt !

Je pense que nous en reparlerons...

P.-S.

5 Messages de forum

  • Je répondrai à Nicolas "la Fédération c’est vous" effectivement c’est nous.

    Or il se trouve que la Fédé aujourd’hui ce n’est pas nous, car peu s’y reconnaissent malgré les implications de tous les bénévoles qui la composent et siègent dans des commissions.

    Car peu sont entendus voire écoutés tant les intérêts des acteurs de la course Camarguaise prévalent hélas sur l’intérêt général.
    Particulièrement des spectateurs qui payent leur place de plus en plus cher.

    La course camarguaise est dominée par des clans qui ne cherchent à tirer le meilleur profit en peu de temps vu que ce sport ne projette pas une carrière à long terme pour ceux qui le pratiquent.

    Et cela dans un contexte où le sentiment de "après moi le déluge" obère l’avenir d’une jeunesse qui déjà, instruits des magouilles de leurs aînés, laisse entrevoir de fâcheuses mentalités pour les années à venir.

    Il y a un travail de fond considérable à mener en effet et je crois que Nicolas a le profil pour le faire.
    Et s’il ne livre pas la méthode complète de redressement dans cet interview, je peux le comprendre, mais moi je sais, comme beaucoup d’aféciouna, que la course Camarguaise ne reprendra son souffle que lorsque la FFCC assumera pleinement ses responsabilités, sans faiblesse et sans autre considération partisane quelle qu’elle soit.

    Liberté

    Répondre à ce message

    • Désolée de vous contredire , mais qu’elqu’un qui veut interroger les afeciouna pour savoir vraiment ce qu’ils veulent , ça ne me parait pas très sérieux . Depuis le temps qu’il est dans ce milieu , il ne sait pas ce qu’on veut ???? :-))

      Répondre à ce message

      • Burladera,
        si vous prenez 100 aféciounas pour leur demander ce qu’ils souhaiteraient de bien pour les courses camarguaises vous allez obtenir 98 avis différents.

        Chacun a ses préférences au détail prés à tel point que l’on se demande parfois pourquoi tant de "garouilles" lorsqu’on aime les même choses.
        Tous les goûts sont dans la nature, il faut l’admettre et respecter l’avis de son voisin.

        Pour revenir au projet de Nicolas, est-il utile de préciser le détail de son plan de redressement au risque d’obtenir un déchaînement absolu des clans en présence.

        Hadrien POUJOL en a fait les frais lorsqu’il est arrivé à la présidence de la Fédé avec ses projets bien propres et bien emballés comme s’ils étaient déjà acquis.

        Nicolas est sur sa réserve pour l’instant et je pense qu’il a raison.
        Les pourfendeurs de tout poil auraient rapidement dynamité l’espoir qui est en train de naître. Accordons lui au moins le bénéfice du renouvellement possible.

        Sinon on va rester à la maison.

        Liberté

        Répondre à ce message

        • Comme si il y avait besoin d’une federation :-))

          Une caisse pour les blessés , et des organisateurs !!!
          point barre

          Répondre à ce message

          • Donc retour à la liberté totale !

            Certes mais l’existence "d’une caisse", comme tu préconises, conduit à une organisation dans le prélèvement des cotisations, des entrées et autres sources de revenus.
            Il va y avoir un "contrôle" pour le" combien", "à qui", "pourquoi"...
            Il va falloir "désigner" des responsables, une hiérarchie, des gestionnaires...

            Qui dit organisation dit "règles", "contraintes"...
            Ces mots-là ne sont-ils pas en contradiction avec "liberté totale" ?

            Je vois déjà les nouveaux slogans à l’entrée des arènes :
            "Fourier reviens !"
            "Au feu le char fédéral !"

            Remarque, ça ferait de l’animation. B-)

            Répondre à ce message

Répondre à cet article