A propos de la Finale de la Palme d’Or....

mardi 1er août 2017, par Liberté

UNE FINALE DE PALME D’OR GLOBALEMENT POSITIVE

Cette finale ne s’annonçait pas sous les meilleurs auspices compte tenu de l’enjeu de cette compétition où l’on craignait le pire vue l’ambiance des deux premières courses.

Dès le matin pourtant, une queue interminable au seul guichet ouvert dès 10H30 (1/2 heure d’attente) laissait présager une arène archi comble.
Côté organisation il restait pas mal d’interrogations pour l’après midi :
l’ouverture d’une entrée et sortie unique sous couvert de sécurité renforcée est d’une totale aberration.


A propos du nouveau règlement de la Palme :
il est à noter que les points de bonification de cette année ont été comptabilisés uniquement pour l’attribution du raset d’Or, (abandonné ici depuis plus de trente ans) alors que, s’ils avaient comptés en supplément des attributs levés, comme l’an passé, ZEKRAOUI aurait remporté la Palme devant CADENAS.
Et il l’aurait amplement méritée !
Suffit de demander au public qui se trompe rarement, lui.

Côté taureaux :
les 4 taureaux de cette Palme 2017 sont sans conteste GRECO-MIGNON-AIOROS-ATTILA.
Et pour cette finale il m’aurait été difficile de départager un AIOROS puissant, altier, cocardier émérite d’une méchanceté effroyable, et d’un ATTILA brillant, véloce et rapide comme la foudre, et craint aussi.
Sans oublier VINCENT, vigoureux qui a bien rempli son contrat dignement. Quand aux trois derniers !
Ah malheur ! Impossible de classer ça en Palme d’Or tant le décalage est net. On se demande même ce que certains sont venus faire à cette Palme avec les autres cocardiers vedettes que l’on connait par ailleurs.

Côté raseteurs :
ZEKRAOUI est devenu le chou-chou des beaucairois et il le mérite bien.
Son fair play, son courage, son comportement en piste mérite amplement un prix d’excellence.
CADENAS est un battant, compétiteur efficace et c’est toujours avec la rage au ventre qu’il s’approprie les podiums.
On sera également enchanté du retour de KATIF, enfant chéri lui aussi, batailleur pas toujours chanceux, mais dont le style est d’une pureté éblouissante.
MARIGNAN est toujours en devenir avec JF MARTIN, les vedettes de demain encore un peu verts dans cette compétition.

Côté présidence :
toujours un même « laisser aller » avec les tourneurs complètement excités (6 en tout, pourquoi pas 7 ou 8… pour être en désordre complet).
Une manie de se faire réprimander par le public constamment, à croire que ces débordements excitent l’homme au micro déclencheur de cette frénésie, et toujours cette propension inutile et dérisoire d’accorder des « Carmens » qui n’ont plus depuis longtemps aucune valeur si ce n’est celle de faire du bruit inutilement.

Côté organisateur :
Il faudrait nous expliquer (si tant est qu’il y ait une explication) pour quelle raison cette capelado à Beaucaire se fait en sens contraire comme si le Rhône coulait vers sa source.
Les acteurs de la course vont saluer une loge municipale alors que le règlement prévoir d’aller saluer la Présidence ????

C’est dire le respect que l’on peut attendre des raseteurs envers l’autorité Fédérale. Mais dans le contexte actuel, l’autorité fédérale a été réduite à sa plus simple expression.
Ça, tout le monde le sait. Et tout le monde le déplore.

Autre chose encore, pourquoi dépenser de l’argent pour des affichettes de la temporada Beaucairoise en début de saison qui ne sont jamais la réalité des courses et qui plus est ne comportent pas les noms des acteurs en piste ?

Mais ne dit on pas que les voies du Seigneur sont impénétrables ?

Liberté


Liberté

Echos des gradins

Mots-clés

Accueil du site