tramountano

samedi 8 novembre 2003

Vent de Camargue


Ou tremountano, N.C. fém. provençal.

Vent du Nord, Nord-Ouest (en prov. lou tremount : l’ouest).

Prend naissance entre les Pyrénées et le Massif Central, pour déboucher avec violence du Nord-Ouest sur l’ensemble du golfe du Lion.

S’établissant dans les mêmes conditions atmosphériques que le mistral, il souffle toujours en même temps que ce dernier. Il s’agit en fait du même vent, dont l’ appellation diffère selon la région traversée.

Amène en Octobre des pluies abondantes ou la neige en hiver.

C’est un vent froid.

La Tramontane est un vent de nord-ouest dans le bas Languedoc et le Roussillon, Tramuntana en Catalan. Souvent violent, froid et sec lorsqu’il est associé à une invasion d’air polaire, il peut être accompagné d’averses lorsqu’il est associé à une perturbation sur la Méditerranée.

Quan plou de tramuntana, plou de gana  : Quand il pleut par tramontane, il pleut avec conviction)

La tramontane s’accélère en passant entre les Pyrénées et le sud du Massif Central. En plaine ce vent est associé à un temps sec et ensoleillé, par effet de foehn. Tramontane et Mistral sont très proches par leurs origines et leurs effets. Ils s’établissent aux mêmes périodes. La tramontane précède le mistral de quelques heures et s’arrète souvent avant lui.

effet de Fœhn : lorsque, poussé par le vent, de l’air froid et humide s’élève pour franchir une montagne, il se détend et se refroidit. La vapeur d’eau qu’il contient se condense. Il pleut sur le flanc " au vent " de la montagne. Devenu plus sec, il passe le sommet, dévale la pente et se voit alors comprimé. Il s’échauffe. De l’autre côté de la montagne, il fait chaud et beau.

Dans le golfe du Lion, la tramontane, vent de terre, entraîne les eaux de surface vers le large et provoque la remontée d’eau profonde, froide. Ce phénomène est appelé upwelling.

Autre approche*  :
mot dont on ne reconnaît plus aujourd’hui que les sèmes éoliens et, pour être plus précis, boréens.
Jusqu’à l’invention de la boussole, cet adjectif féminin (comme le prouve l’italien tramontana ), sous lequel par ailleurs on devait entendre le substantif stella, désigne l’étoile polaire qui servait seule de guide aux navigateurs s’aventurant sur la Méditerranée.
Il en reste l’expression " perdre la tramontane " qui signifie, au figuré, être troublé, ne plus savoir comment se conduire, se diriger.

L’étoile polaire étant au Nord, la tramontane a fini par désigner tout vent soufflant du nord vers la Méditerranée, ou simplement le côté du nord
Ex : Cette maison est exposée à la tramontane.

P.-S.

Voir l’article d’Eric : La Rose des Vents*


t

Mots-clés

Accueil du site