Une année de Fêtes en Provence (4/4)

dimanche 28 juin 2020, par Jacky CIALDI


La Saint-Eloi * (sur ce site) était aussi fêtée avec éclat.

Une des manifestations populaires les plus remarquées se déroulait à Maillane, où les propriétaires du coin couraient la Carreto ramado * (charrette de verdure), juchés sur des chevaux de labour richement harnachés.

A Auriol, chevaux et bêtes de somme étaient rassemblés sur la place du village, et formaient un cortège conduit par des charretiers montés sur des mulets somptueusement recouverts de housses d’ornement.

Et puis enfin, Noël.

Noël avec la crèche * .
Huit jours avant cette fête solennelle de la Nativité, avait lieu, à Marseille [1], une grande foire où étaient exposés de très nombreux santons : de l’Enfant-Jésus à la Vierge et Saint-Joseph, en passant par les Rois Mages et les animaux domestiques, présents, cette nuit-là, dans la petite étable de Bethléem.

Durant cette huitaine de préparation de la plus émouvante des fêtes religieuses, étaient fabriqués, un peu partout en Provence, des gâteaux au sucre et à l’huile que l’on appelait poumpo [2] .
Ces gâteaux, délicieux, s’offraient d’une famille à l’autre comme cadeau de Noël.

C’est l’ancien de la maison qui, la veille de Noël, bénissait la bûche , lou Cacho-Fiò * (la tradition voulait que ce soit un arbre fruitier) en l’aspergeant avec un rameau d’olivier trempé dans du vin.
La manière dont s’élevaient les premières flammes était considérée comme un présage.
Les braises, recueillies, passaient pour avoir une vertu protectrice : celle de protéger la maison de la foudre et de l’incendie.

A la messe de minuit, c’était le pastrage * .
Précédés de tambourins et d’instruments rustiques, les bergers conduisaient à l’autel, tiré par une brebis blanche, un petit char sur lequel reposait un agneau. Parfois, même, le petit animal était sacrifié.

A Barjols, pendant une cérémonie appelée les Tripettes (en 2020 ce fut la 670ème édition !), un bœuf enrubanné était promené à travers la ville, béni par les prêtres, et mis à mort sur la place de l’église.
Dépecé, le bovin était distribué aux nécessiteux de la commune.

P.-S.

Ecrit en 1985
Complété par NdR.

Notes

[1] Quai du Vieux Port

[2] Poumpo : dessert provençal traditionnel, confectionné notamment à l’occasion du gros souper, le repas du réveillon de Noël. Cette pompe fait partie des treize desserts


Jacky CIALDI

Fêtes et culture

Mots-clés

Accueil du site