Cansoun gardiano

mercredi 20 août 2014, par Bernard

sur l’air : ’’Le temps des cerises’’...



Quand lou souleias rabino la plano,
Que sus lis estang danson li belu
A ras dis engano,
Urous quau, bloucant sa sello gardiano.
S’en vai libre e soul sout lou grand cèu blu.
 
Mai qouro, à l’errour, lou larg se rouviho,
Que sus mar lou jour se vèi davala
Darrié la mountiho,
Quand vers la palun la monturo endiho,
Urous quau, gardian, vai s’encabana ;
Mai quouro quau, gardian, vai s’encabana.
 
Aro qu’an tourna li tèms d’abrivado,
Buten nosti biou sus li calada
En revoulunado ;
Au noum dou pais e de la manado,
Mantenen, gardian, noste vièi coumbat ;
Aro qu’an tourna li tèms d’abrivado,
Mantenent gardian, noste vièi coumbat.
 
Coumpagnoun, d’aut, d’aut, e parte à grand erre,
Entaiolo-te, sello toun chivau
Que te vènon guerre ;
Plego toun seden, aganto toun fèrre,
Pèr la tradicioun fau douna l’assaut ;
Coumpagnoun, d’aut, d’aut e parte à grand erre,
Pèr la tradicioun fau douna l’assaut.
 
Mi fraire gardian, sian qu’uno pougnado
Mai sauvan la terro e l’us naciounau
De la mau-parado ;
E belèu qu’un jour, la Raço aubourado
Boumbira, deliéuro, à noste signau ;
Mi fraire gardian, sian qu’uno pougnado,
Mai sauven la terro e faguen signau !

Jousé d’Arbaud*


Bernard

Poésie

Mots-clés

Accueil du site