Lou drai e lou crevèu - Le crible et le tamis

samedi 28 novembre 2020, par Salva

Une chronique provençale... en provençal traduit.


Dins li mot de sa lengo un pople tèn rejoun soun biais de viéure e de pensa. Se lis us e coustumo un jour s’esvalisson, li mot de tèms encaro n’en gardaran memòri. Dans les mots de sa langue un peuple conserve son art de vivre et de penser. Si ses us et coutumes disparaissent un jour, les mots en garderont mémoire encore un certain temps.
Se couneissèn en prouvençau li verbe vana e vaneta que soun lis equivalènt dóu francés "vanner", aquéli terme lis emplegan quàsi pas doumaci, enca nostre, se sian raramen servi d’un van. Si nous connaissons en provençal les verbes vana et vaneta qui sont les équivalents du français vanner, nous ne les employons que rarement du fait que chez nous l’usage du van n’était guère en honneur.
Quouro en francés se parlo de " vanner le blé ", disèn nautre draia lou blad estènt qu’emplegavian pèr acò faire un drai de pèu de porc traucado penja à-n-un trespèd, la cabro. Lorsque, en français, on parle de " vanner le blé ", nous, nous disons " draia lou blad " parce que nous nous servions pour cela d’un crible, lou drai, en peau de porc percée de trous et suspendu à un trépied, la chèvre.
E, coume avian touto meno d’aparèis o d’eisino pèr neteja lou gran e lou reneteja, pèr venta la graniho, pèr passa la farino : li cernihaire, li moundaire, li ventaire, li crevèu, li passadou, li tamis, li sedas, li sedassoun, li balitèu..., sian pas en peno pèr dire au just coume se ié prenèn pèr dessepara lou bon dóu marrit, fugue en draiant, en cernihant, en moundant, en ventant, fugue en crevelant, passant, tamisant, sedassant. Et, possédant toutes sortes d’appareils et d’ustensiles pour nettoyer et nettoyer une deuxième fois le grain, pour éventer les graines, pour tamiser la farine : les tarares, les cribles, les grands cribles, les blutoirs, les tamis et les sas... nous pouvons dire clairement comment nous nous employons pour séparer le bon du mauvais que ce soit en passant au crible ou au blutoir ce qu’il faut nettoyer.
Avans d’avé li machino-moustro que meissounon e vous baion d’un coustat la paio embalado e de l’autre lou gran ensaca, sus l’iero dóu caucage èron li fourco e lou vènt que fasien lou travai dóu ventage.
Se sabié proun que :
- " Quan noun vènto emé l’auro, quand vòu venta se pauso ".
Se counseiavo dounc :
- " Quand lou vent vento, fau venta ".
E tambèn :
- " Fau venta dóu vènt que tiro ".
Avant de posséder les moissonneuses- batteuses qui moissonnent et vous rendent, d’un côté la paille emballée, de l’autre, le grain ensaché, sur l’aire du dépiquage le " ventage " se faisait avec des fourches et... le vent.
On savait assez que :
- " Celui qui ne " vente " pas avec le vent, quand il veut venter, se repose ".
On conseillait donc :
- " Quand le vent vente, il faut venter ".
Et aussi :
- " Il faut venter avec le vent qui souffle ".
Pèr avé bon vènt s’avié de fes recours à l’ajudo di sant que d’ùni passon pèr faire boufa quand lou fau. Recours tambèn à la magio, sarié-ti qu’en boufant dins li toutouro de Sant-Jan. Pour avoir bon vent on avait recours à l’aide des saints dont quelques-uns ont la réputation de le faire souffler quand il le faut. Recours aussi à la magie, ne serait-ce qu’en soufflant dans les trompettes d’argile vendues à la Foire de la Saint-Jean.
Vous rapelas segur coume se ié prenié lou paire de Frederi Mistral e que lou pouèto nous dis dins si " Memòri e Raconte ", quand lou vènt moulavo :
" Moun paire, emé lou drai estadis entre li man, se reviravo vers lou vènt et serious, l’iue dins l’espàci, coume s’avié parla, ma fisto, à-n-un diéu ami, ié disié : " Anen, boufo, boufo, boufo, mignot ! "Em’ acò lou mistrau óubeïssènt au partriarcho, zóu ! alenavo mai en empourtant la póusso "..."
Vous savez sans doute, Frédéric Mistral nous le conte dans ses " Mémoires et Récits ", comment le père du poète s’y prenait quand il vannait son blé, si le vent venait à mollir :
" ...Mon père, avec le crible immobile dans ses mains, se retournait vers le vent, et, sérieux, l’œil dans l’espace, comme s’il s’adressait à un dieu ami, il lui disait : " Allons, souffle, souffle, mignon ! ". Et le mistral, ma foi, obéissant au patriarche, haletait de nouveau en emportant la poussière "...
Counsigna ansin dins de memòri e àutri raconte ço que vesèn faire es uno autro façoun de faire subre-viéure lis us et coustumo e li pensié d’un tèms douna quouro se saran esvali e li mot éli-meme qu’éli tambèn, aguènt viscu un moumen encaro, finiran un jour pèr plus èstre coumpres. Consigner ainsi, dans des mémoires ou tout autre récit ce que nous voyons se faire sous nos yeux est une autre façon de prolonger la vie des us et coutumes et des pensers d’une époque donnée après qu’ils auront disparus, de prolonger aussi la vie des mots eux-mêmes qui, après leur avoir un temps survécu, risqueraient un jour de ne plus être compris.

P.-S.

Paru dans CM num 176, auteur Chag.


Salva

Bouvino e Lengo Nostro

Mots-clés

Accueil du site