La Sóuvagino (5b/6) : "L’ASE FÈR".

jeudi 10 décembre 2020, par Simbèu

Un jour, le berger est aperçu dans le marais.

Il est à la recherche de l’Escur qui, ne sachant que faire, s’est adressé à son ami Ròu, le "tau-mèstre".
Ils sont dans une roselière...


As agu resoun de me souna diguè lou Tau, mai te fagues pas de marrit sang. Vaqui moun plan. Despacho-te de t’ana metre sus l’orle. Entre que i’arrivaras, sor-te bèn dóu rousèu, pièi rintro e sor-te mai qu’en s’avançant l’ome te vègue bèn e te counèigue. Quand t’aura bèn couneigu, rintro mai e embourso-te à miejo-esquino dins lou fourni en just fasènt vèire ta groupeto. Ço que te dirai de faire, tant-lèu lou faras. Fiso-te de iéu pèr quant au rèsto.

L’ase tant-lèu s’en anè sus l’orle, se sourtiguè, rintrè mai en s’avisant que l’ome en s’avançant lou couneiguèsse. E quand coumprenguè que l’ome l’avié couneigu, se plantè dins lou rousèu, en just fasènt vèire sa groupeto. E, sus lou cop, ausiguè la voues de Ròu que plan-plan ié roundinejavo :
— Aro vai-t’en, vai t’escoundre pèr palun et leisso-me faire.

L’Ase esquihè bèn d’aise, s’enanè escoundre pèr palun dóu tèms que Ròu, en s’estènt avança de requieloun, se boutavo au rode. E l’ome qu’em’uno man carrejavo uno caussano e, ’mé l’autro un long calos, tout en caminant remiéutejavo :
— Gandar d’ase ! Emé soun péu coulour de la bèstio, ansin, d’un pau liuen, tant lou creiriés pas un biòu ! Mouienant que me vèngue à biais pèr l’aganta e que se leisso encabestra sènso alòngui. S’encaro i’avié peraqui quauque gardian que ié mandèsse la cordo, mai aquéli feiniantas estimon mai faire un som.

E ansin, en remiéutejant arrivè sus l’orle de la palun que lou tastejè ’mé lou pèd pèr vèire se pourtavo e pièi, emé soun bastoun, en fourbiant uno idèio pèr ié douna lou biais, touquè ço qu’éu cresié d’èstre la groupo de l’ase e que de-bon èro la groupo de Ròu. Lou Tau se virè dins qu’un cop, li bano à l’avans lou boufè : Pfóu !" sus lou nas e se boutè à s’espóussa.

L’ome qu’èro pas un Camarguen, mai quasimen coume tóuti lis àutri pastre, un gavot de la mountagno e qu’avié di biòu uno petocho terriblo, en se vesènt davans aquéu frountas crespela em’aquéli dous iue que lusissien coume de candèlo, aguè tout bèu-just lou vanc de crida :
— Noum de goi, Bel Ome !
E, en se sourtènt vitamen de la palun, emé la tressusour dins l’esquino e li cambo que ié flaquissien, partiguè en s’abrivant e coumencè de moula qu’en agantant la draio de la Pourceleto.
— L’ase s’envenguè trouva Ròu, tout trefouli.

Me fagues pas ti gramaci, diguè lou Tau, que vau pas la peno. Acò es buteto. E pièi, un service, acò vai e vèn.

Tu as eu raison de m’appeler dit le Tau, mais ne te fais pas du mauvais sang. Voici mon plan. Dépêche-toi d’aller te mettre sur le bord. Dès que tu y seras, sors bien des roseaux puis rentre et ressors pour qu’en s’avançant, l’homme te voit bien et te reconnaisse. Quand il t’aura bien reconnu, rentre de nouveau et enfonce-toi à moitié dans le fourré en ne faisant voir que ta croupe. Ce que je te dirai de faire, tu le feras de suite. Fie-toi à moi pour le reste.

Aussitôt, l’âne s’en alla sur le bord, sortit, rentra de nouveau en contrôlant que l’homme en s’avançant l’avait reconnu. Quand il en fut certain, il se planta dans la roselière en faisant juste voir sa croupe. Il entendit alors la voix de Ròu qui lui murmurait doucement :
— Maintenant va-t-en, va te cacher dans le marais et laisse-moi faire.

L’Ane s’esquiva bien content, alla se cacher dans le marais pendant que Ròu, s’étant avancé à reculons, se mettait en place.

L’Homme qui dans une main charriait un licol et dans l’autre un long bâton, tout en cheminant grommelait :
— Vaurien d’âne ! Avec la couleur de son poil, d’assez loin, autant vous le prendriez pour un taureau ! Pourvu qu’il soit bien placé pour que je l’attrape et qu’il se laisse passer la corde au cou sans que ça traîne. Si encore il y avait un gardian dans le coin pour la lancer, mais ces gros fainéants préfèrent faire la sieste.

Ainsi, en grommelant, il arriva au bord du marais qu’il tâta du pied pour voir s’il pouvait passer puis de son bâton, en obliquant un peu pour diriger l’animal hors du marais, toucha ce qu’il croyait être la croupe de l"âne et qui en réalité était celle de Ròu. Le Tau se retourna d’un seul coup, cornes en avant et lui souffla au nez : "Pfóu !" en se secouant pour se dépoussiérer.

L’homme qui n’était pas un Camarguais mais comme pratiquement tous les bergers un "gavot" de la montagne avait une peur terrible des taureaux. Se voyant face à ce frontal crépu aux yeux luisants comme des chandelles, il eut à peine la force de crier :
— Nom de sort, Bel-Homme !

Et sortant du marais à toute vitesse avec les trois sueurs dans le dos, les jambes flageolantes, il partit en accélérant et ne ralentit qu’en atteignant le chemin de la Porcelette.

L’âne revint trouver Ròu, fou de joie.
— Ne me remercie pas lui dit le Tau, ça n’en vaut pas la peine. C’est un jeu d’enfant. Et puis, un service, ça va, ça vient.

Hi-Han le lui rendra un peu plus tard.

P.-S.

215


Simbèu

Bouvino e Lengo Nostro

Mots-clés

Accueil du site