Les tartarinades tarasconnaises

lundi 30 juin 2014, par Liberté

A Tarascon, on n’avait encore jamais vu çà , et peut être même, jamais ailleurs :
Une course de taureaux qui démarre sans qu’il n’y ait eu de Capelado !!!
Et cela sans que le Président de course ne s’en émeuve, pas plus que le public, ni aucun acteur de piste, enfin bref, absolument personne.


Ce qui en dit long sur la dégradation continue de notre course camarguaise sans qu’aucune sanction ne soit appliquée et sur le peu de respect que l’on accorde au cochon de payant.

Mais ce n’est pas tout.
En général le public afeciouna se déplace en fonction de la grille annoncée par les journaux où le programme mentionne et le nom des taureaux et celui des acteurs de la course.
Or, l’absence de ZEKRAOUI, sans que l’on en connaisse la raison, la sortie de VIOLET au bout de 5 min au premier taureau pour claquage alors qu’il n’a pas raseté et la sortie de CADENAS au 3ème pour blessure musculaire, ne laisse en piste que des seconds couteaux face à un troisième qui voulait en découdre et qui n’a pas trouvé d’opposition.

Ce triste spectacle où il ne s’est absolument rien passé m’a conduit à prendre la décision de partir un peu avant la pause pour m’éviter un coup de sang devant autant d’indifférence.

Cette nouvelle péripétie est plus que regrettable.
Elle porte en elle le germe d’une mort annoncée de notre tradition camarguaise devant la fuite en avant de tous ceux qui portent une responsabilité dans son organisation, quelle qu’elle soit.

Je le redis encore et encore, si notre tradition taurine succombe au cours de ce siècle elle ne devra sa disparition ni à l’Europe, ni aux différents gouvernements français, mais bien à cause de nous mêmes qui sommes incapables de balayer devant notre porte.


Liberté

Echos des gradins

Mots-clés

Accueil du site