"CAMARINA" rendait hommage en 2014 au président honoraire de la FFCC : Jérôme VIGNE

dimanche 8 novembre 2015, par Liberté

Par les temps qui courent où ça remue dans tous les sens au sujet des graves problèmes que connaît la FFCC et ceux qui y ont mis le feu en 2011, il est de bon ton de rappeler à travers les hommages qu’a rendu, seule, l’Association taurine CAMARINA, que des hommes de bon sens, bénévoles et dévoués avaient pris leurs responsabilités, à une époque, afin de conduire les destinées de notre tradition taurine.

Et ils l’on fait sans penser ni à s’enrichir, ni pour leur gloriole personnelle.

Ce qu’ils ont dit, ce qu’ils ont écrit, ce qu’ils ont réalisé devrait être le bréviaire des générations montantes.

Alors, pour que personne ne l’oublie, je le rappelle avec force.


Assemblée Générale de l’Association "Camarina" 2014 (3/4)

C’était le vendredi 15 novembre 2013 dans le magnifique Casino de Beaucaire.

Mise à l’honneur de Jérôme VIGNE, président honoraire de la FFCC avec le discours de Jean-Pierre ODE.

JEROME VIGNE


Coup de cœur trophée CAMARINA 2014

JPEG - 216.3 ko
JPEG - 233.8 ko
JPEG - 165.8 ko
JPEG - 167.1 ko
JPEG - 176.1 ko
JPEG - 183.9 ko

Né en 1922 (92 ans en 2014).
D’une famille d’agriculteurs de Monfrin, Jérôme, d’une nature très réservée n’aime pas que l’on parle de lui. Et croyez bien que j’ai eu toutes les peines du monde à lui extirper tout ce qui est pour nous aujourd’hui exemplaire et méritoire. Heureusement j’ai lu avec passion ses ouvrages et je peux vous dire que Jérôme a fait à travers ses écrits un travail de mémoire colossal.
Dans sa conclusion il se qualifiera de « fils adoptif de bouvine ». Je vous laisse le soin de lui poser la question plus tard devant le comptoir…

C’est en 1958 que le Club Taurin local « Lou Pougau » est né. A sa tête les fondateurs André GUIRAUD et Henri MARJULLO en seront les Présidents.
Jérôme VIGNE en sera le secrétaire pendant 25 ans et Président pendant 6 ans « un bail à durée indéterminée » comme il l’écrira dans son livre, qui va s’avérer de longue durée.
Dans ces même années 1958/1959 va naître le comité du Trident d’Or, avec à sa tête le fondateur René RAVEL. Jérôme en sera le secrétaire entre 1963 et 1965. Le Club Taurin « Lou Pougau » et Jérôme vont adhérer à ce comité avec 22 Clubs Taurins Languedociens et Provençaux. (dont Beaucaire avec "Le Clairon").

Jérôme participera à la naissance de la AFCTPL (Association Fédérale des Clubs Taurins de Provence et Languedoc) sous la houlette de maître LACROIX en 1963.
Il en sera le secrétaire jusqu’en 1975.
Cette association issue de la FSTF (Fédération des sociétés taurines de France) disparaîtra la même année lors de la création de la FFCC d’aujourd’hui.
Dès cette date, Jérôme deviendra le secrétaire général de la FFCC sous la présidence de maître LACROIX de 1975 à 1977, puis occupera le même poste, de 1977à 1981 sous la présidence de Pierre SARGUET.

Lors du décès de maître LACROIX en 1977, son compagnon de toujours depuis l’adolescence sur les bancs de l’école où ils ont passé ensemble le baccalauréat, il prononcera un hommage vibrant en citant SHAKESPEARE « l’esprit oublie toutes les souffrances quand le chagrin a des compagnons et que l’amitié le console ».

Jérôme devient ensuite Président de la Fédération de 1981 à 1989. (8 ans de présidence pas de tout repos nous dira-t-il entre deux souffles).
Bernard FESQUET lui succédera puis viendra le tour d’Henri ITIER de 1993 à 2011. (18 ans).
Jérôme, après 18 ans d’exercice aux côtés de Louis LACROIX et Pierre SARGUET prendra courageusement la présidence de la FFCC, « en se jetant dans une eau froide » comme il l’écrira dans son livre.
Dans son discours d’ouverture de ce congrès du 4 avril 1981 à Saint Christol, une fois élu, il conclut ses nombreux remerciements en ces termes « je compte sur vous, je vous offre peu de chose en échange, que la foi qui m’anime et ma bonne volonté. »

Huit ans de présidence, une tâche ingrate, souvent décevante même si elle a apporté l’exaltation du devoir accompli. Il y a appris les vertus de la patience, de l’abnégation, l’esprit de concertation, l’esprit de dialogue. Il s’était fait sienne une pensée de Mao Tsé TONG « transiger, c’est toujours combattre ».

Au cours de ces 8 ans de présidence, Jérôme entreprendra un travail de fourmi, aux côtés de Bernard FESQUET, Marcel Mailhan, Rame, Honorat Reboul, Estelon, Pierre LINARES, Nicole OSTY , Raffard…. et bien d’autres représentants désignés par les associations en présence dites « techniques » ainsi que les délégués de presse. Il serait trop long ici de faire un résumé de toute son action détaillée en 146 pages .
Le décès de maître LACROIX , comme celui du raseteur Bruno JAUFFRES à St Laurent d’Aiguouze l’auront profondément marqué durant sa présidence.

Et puis viendra la déception au seuil de cette année 1990 où il rendra le tablier et le confiera à Bernard FESQUET qui qualifiera la Fédé de « pétaudière ». Il s’apercevra plus tard à son tour que la dite « pétaudière » est sciemment et savamment orchestrée et maintenue par ceux qui ont un quelconque intérêt à la voir durer.

Lorsque Henri ITIER prendra la relève en 1993, il écrira sur « Camargue magasine » de Fabienne Viala, une citation de Jérôme où il disait ceci « La Fédération est une grande dame qui mériterait le plus grand respect et que certains ont tendance à traiter par-dessous la jambe avec bien peu de délicatesse et encore moins d’aficion. »

A la retraite, Jérôme écrit ses mémoires « d’hier et d’aujourd’hui » « les biou à Montfrin » en 2000.
Puis en 2005 « Aficioun quand tu nous tiens », un ouvrage dense, clair et exhaustif de la création de la FFCC à nos jours. Un ouvrage que les aféciouna devraient lire et relire tant les questions cruciales sur le devenir de notre tradition Camarguaise y sont constamment évoquées avec justesse et sagesse.
Officier du mérite Agricole, il possède une panoplie de médailles des conseils généraux, du conseil Régional, de l’Assemblée Nationale et de tout un ensemble de récompenses de clubs taurins qui ornent son salon …
56 ans au service de la bouvine, Jérôme a apporté une large contribution à la construction du « temple ». A nous et surtout aux jeunes générations de reprendre la truelle pour en colmater les brêches.
Au nom de tous les aféciouna ici présents, et notamment au nom de notre association Camarina….

P.-S.

Les articles associés sur ce lien : http://www.bouvine.info/Camarina


Liberté

Historique

Mots-clés

Accueil du site