Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« juillet 2022 »
L M M J V S D
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
 

 

Accueil du site > Notre Patrimoine > La Bouvine > La mémoire > Nécrologie > Adieu Régine

Adieu Régine

lundi 5 avril 2004, par Archives

La devise bleue, jaune et verte est en deuil.

Régine est partie retrouver son père Régis, disparu 10 ans plus tôt. Depuis le décès de « papa », Régine, secondée par son frère René et sa sœur Maryse, gérait la manade Chauvet. Le samedi 3 avril 2004 en soirée, elle s’est éteinte à l’âge de 62 ans, suite à une rupture de l’aorte.

Sa soeur et son frère remercient les personnes qui les ont soutenus dans cette épreuve et leur dédient ce message.

«  Ce jour là, la Provence a voulu s’habiller de ses plus beaux apparats. De ces couleurs printanières que Régine aimait tant.

Le chemin de la gloire pour la manade Chauvet fut long et chaotique mais celui qui mena notre sœur jusqu’à sa dernière demeure fut couvert d’amour, de sympathie et de souvenirs des plus beaux Carmen.
Un élan affectif qui a permis à toute notre famille de passer ce moment douloureux de l’au revoir.
Mon frère René et tous nos proches se joignent à moi pour remercier la Fédération Française de la Course Camarguaise et à travers elle, tous les clubs taurins venus de Provence comme du Languedoc qui ont amené leur soutien.

Merci à Henri Laurent et Françoise Peytavin qui derrière l’étendard représentaient nos amis manadiers, éleveurs de taureaux venus en nombre. Remerciements à l’association des gardians : Jean Mathieu et tous ses membres qui nous ont encore montré qu’on pouvait compter sur eux. Remerciements à Luc Jeanjean qui représentait les raseteurs en activité ou plus anciens.
Enfin, remerciements à tous les afeciouna, à tous ces inconnus, et pourtant si proches, venus tendre la main à une famille meurtrie.

Régine aimait les fleurs, elle fut comblée, elle adorait la Bouvine, les gens du milieu le lui ont bien rendu.  »

Maryse Chauvet
* * *

« Mais, comme disparaît, aux soirs délicieux, là-haut, la belle étoile dans le firmament lisse, divine apparition, vous vous évanouîtes... Cependant à celui qui, dans le crépuscule, a vu, ce soir-là, la flamme de vos yeux, que Dieu ne donne pas un autre paradis. »

Marquis de Baroncelli-Javon

P.-S.

1731

Répondre à cet article