Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« novembre 2019 »
L M M J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1
 

 

Accueil du site > Notre Patrimoine > Habitat-Géographie > Les sites remarquables > Les Mas qui ont fait la Camargue > Les origines du Mas de Romieu

Les origines du Mas de Romieu

mercredi 22 janvier 2014, par Archives

Article écrit par Jean-Claude Dufau
paru dans C.M. num : 171

Histoire des mas de Camargue

Face au Vaccarès, en bordure de la route qui va du hameau de Villeuneuve à Salin de Giraud, on trouve le Mas du Grand Romieu dont les pâturages abritent les taureaux et les cavales de la manade Mailhan.

Ce domaine, comme beaucoup d’autres en Camargue, porte le nom d’un riche, très riche même, bourgeois Arlésien Johan Romieu, apparenté à une famille très aisée du Moyen Age.
Ce personnage éminent du XVe siècle possédait " le Lavor de Vaquarès " soit un ensemble de terres et de paluns groupés autour d’un habitat. D’après le livre Terrier ce domaine se composait de 1 000 setiers de terres cultivables et 1 000 autres de pâtures.
Outre ce domaine notre personnage possédait également un hôtel particulier en Arles.
C’était donc vraiment un " Fortuné ! ’ .

Il est, de par les terres cultivées, un grand producteur de blé mais il y a aussi sur les bords du Vaccarès un " bœrius ", un maître Bouvier ". En effet l’utilisation du bœuf est alors générale pour le labourage.

En 1892 dans la " Statistique du département des Bouches du Rhône ", Michel signalait :
" On élève encore quelques bœufs moins forts et méchants. On a beaucoup de peine à les soumettre au travail parce qu’étant nourris dans les marais, ils sont à demi-sauvages ".
On peut estimer à 16 000 têtes le nombre de bovins en Camargue et Plan du Bourg en 1551 ; en 1890 ce chiffre était de 2 500 ! Heureusement que notre tradition tauromachique est là pour le maintien des biòu !

Revenons au Domaine de Romieu ; il a su défiant le temps garder au cœur du terroir Camarguais, son caractère à vocation d’élevage. Et je crois que si Johan Romieu revenait parmi nous il retrouverait sur ces terres à Salicorne beaucoup de ce qu’il a aimé. Car ces propriétaires du Moyen Age ont trouvé de dignes descendants en nos Camarguais d’aujourd’hui.

En ces bords du Vaccarès le temps a passé comme ailleurs mais en ces lieux, on a su conserver intactes bien des manières de faire qui font parties de l’art de vivre. Et c’est cela le plus important !

Bibliographie :
- " Arles à la fin du Moyen Age " - Louis Stouff.
- " L’espace et le temps en Camargue " - Bernard Pien.

P.-S.

672

2 Messages de forum

  • Les origines du Mas de Romieu Le 1er décembre 2014 à 08:53 , par Morra

    Bonjour, Des dates sur le mas de Romieu.

    1405 : nouveau bail à Etienne Romieu. Je pense qu’il s’agit de terres, la famille n’était pas encore propriétaire du mas. 1409 : propriétaire Guillaume de Rovère, ensuite à Jeanne sa fille femme de Jacques Ricard. 1411 : Jacques Romieu. Pas de précision si c’est des terres. 1417 : achat d’un mas par Jean de Romieu. 1447 : bornage du mas d’Honorat Romieu. 1448 : bail à ferme du mas parEtienne de Romieu. 1465 : transaction entre la commune d’Arles et Bernard de Romieu. 1559 : Jacques de Romieu. 1602 : Charles de Romieu. 1690 : Antoine de Romieu. 1785 : Antoine Ripert. 1800 : Honoré Martin et ses frères.

    La famille Romieu, tout au long des siècles avait aussi de nombreuses parcelles de terre dans divers coins de la Camargue. Il y a sans doute peu de mas ou la même famille a été propriétaire si longtemps.

    M Morra

    Répondre à ce message

  • Les origines du Mas de Romieu Le 2 décembre 2015 à 07:28 , par Bernard

    Aurait été construite en 1267.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article