Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« mai 2019 »
L M M J V S D
29 30 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2
 

 

Accueil du site > Notre Patrimoine > La Bouvine > 50. Les hommes en blanc > Biographies - Palmarés > Chomel Christian > CHOMEL : retour en force ! (4/4)

CHOMEL : retour en force ! (4/4)

mardi 14 mai 2019, par Bernard

C’est bien connu de tous, Christian Chomel n’est pas loquace.

Reconversion :

La reconversion, c’est le problème de tous les sportifs.
C’est un sacré problème de tous les raseteurs. Car, il faut bien le reconnaître, les raseteurs n’ont jamais eu, et n’ont toujours pas, bonne réputation.
On ne nous prend pas trop au sérieux.
On est souvent la cause de tous les maux. Mais, patience, les choses sont en train de changer.
Grâce a notre président Bernard Fesquet avocat inlassable et de talent, de tous les raseteurs, grâce à nos efforts.

A ce jour, peu de raseteurs ont réussi leur reconversion.
Je pense a la mienne.
On en reparlera le moment venu.

Fédération :
Voilà des saisons que de nombreux afeciouna demandent une fédération forte.
Progressivement la fédération s’est structurée.
Elle a désormais ses “bureaux" à Nîmes.
Elle envisage l’emploi d’un secrétaire administratif à plein temps. Elle commence à avoir des moyens financiers grâce aux recettes provenant des licences et des subventions. Mais, la fédération doit aller plus loin.
Elle doit trouver davantage d’argent en recherchant des sponsors. Avec une partie de cet argent, la fédération a le devoir d’aider les clubs taurins qui organisent des courses de protection et des courses de taureaux jeunes. Ces courses constituent la base de la tauromachie en permettant l’éclosion de jeunes taureaux et de jeunes raseteurs.

Donc,
- premier objectif de la fédération : aider les clubs taurins actifs.
- deuxième objectif : mener une véritable campagne de promotion de la course camarguaise en choisissant bien le moment, en choisissant bien la cible, en s’en donnant les moyens.

La fédération doit, dès à présent, réfléchir et travailler sur la façon de mener cette action.
Voilà les deux objectifs essentiels de la fédération.

Une fédération forte c’est aussi demander aux principaux responsables de savoir prendre leurs responsabilités.
C’est leur demander d’éviter de favoriser la politique de copinage comme cela est déjà arrivé et arrive encore.
La fédération a désormais les moyens. Tout va maintenant dépendre de leur utilisation.”

Les jeunes
Les initiatives en faveur des jeunes se sont multipliées ces dernières années.
Dans l’Hérault, le conseil général a conduit une action en faveur des manadiers et des jeunes. Des élèves de différentes communes de l’Hérault ont assisté aux courses d’étalons et étudié l’élevage des taureaux.
A Arles, des classes de certaines écoles primaires se sont rendues dans les manades. D’autres localités ont fait de même.
Toutes ces initiatives sont à encourager. Mais, elles restent encore insuffisantes.

Dans ce domaine, la fédération a également un rôle et un devoir.
Elle doit parrainer toutes ces actions. Elle doit entreprendre une opération en direction des jeunes. En utilisant le langage et les moyens de communication des jeunes.

La course camarguaise ne communique pas assez avec les jeunes et le résultat ne se fait attendre.
La majeure partie de la jeunesse locale, surtout dans les grandes villes, ignore totalement la course camarguaise ou pire la confondent avec la corrida.
C’est un constat inquiétant.
Alors, il faut se retrousser les manches, se mettre au travail et avoir des idées. Le temps n’est plus à la parole mais aux actes.

Pour commencer, on pourrait tous, un jour dans l’année, faire taire nos querelles et nos divisions internes. Toutes les parties actives de la course camarguaise et la presse devraient collaborer à l’organisation de la "Fête de la Course Camarguaise".
Ce serait une immense fête non-stop qui, grâce a une promotion importante , attirerait, non seulement des milliers d’afeciouna, mais aussi des milliers de visiteurs .
Ce serait le meilleur et le plus efficace moyen pour promouvoir la course camarguaise.

Qu’en pense la fédération ?

P.-S.

Ce texte est en partie paru dans le Camriguo magazine N°171, lui même extrait d’un fascicule intitulé " Chomel par Chomel" avec l’aide de Paul Coulomb

Répondre à cet article