Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« janvier 2023 »
L M M J V S D
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
 

 

Accueil du site > Notre Patrimoine > La Bouvine > Les Hommes et les Femmes > Ces personnages qui ont fait la Bouvine > DUPUY Roland (2/2)

DUPUY Roland (2/2)

jeudi 16 juin 2022, par Gourgeon Bernard

En 1983, Roland DUPUY est convalescent de sa brucellose [1].
Les conseils des médecins lui imposent un travail calme et sans équitation.
La manade CUILLE, voisine des Marquises, vient d’acquérir un troupeau de moutons, Philippe CUILLE propose à Roland DUPUY de s’en occuper tout en supervisant la manade.
(...)

Dans son malheur notre bayle gardian a quand même un peu de chance puisque après GOYA, il rencontre ROUSSET, alors en pleine gloire et tout auréolé de ses deux biòu d’or.

A l’heure actuelle (1985, NdR), ROUSSET n’a plus rien à prouver.
De 1979 où il a été taureau de l’Avenir à 1982 son deuxième Biòu d’Or, le taureau a été honnête et sa carrière a été brillante.
Je crois que ROUSSET aurait pu faire quelques années de plus s’il existait une réglementation en piste. Il n’a ni les moyens, ni les qualités physiques pour lutter contre un trop grand nombre de razeteurs.
Ces deux dernières années, ROUSSET est devenu beaucoup plus cocardier et s’engage moins à la barrière, il a bientôt 12 ans et ses excès de jeunesse l’ont beaucoup marqué.

Autre satisfaction de la manade : PACO.
« Paco est un grand taureau, il est présent depuis de nombreuses années et fait encore souvent plaisir au public.
C’est dommage que sa carrière se soit déroulée dans l’ombre de ROUSSET.
Certains éléments sauront assurer l’avenir tels que BINGOT 6 ans, taureau fantasque au moral fragile mais pourvu de gros moyens physiques.
Quand aux plus jeunes, SADOUL, SASTRE ou OBELIX, il faut attendre les confirmations pour se prononcer
 ».

Les bayle gardians sont des hommes au caractère fort, la solitude qu’ils côtoient quotidiennement leur donne une personnalité simple mais mystérieuse.
« J’aime mon métier parce que j’en ai la passion, dit Roland DUPUY, le métier et la vie de gardian étaient beaucoup plus durs avant, mais je crois que les hommes avaient plus de satisfaction dans les taureaux puisqu’ils y passaient plus de temps.
J’aime les chevaux et les taureaux, la course camarguaise comme la corrida, pour moi ce sont deux formes de tauromachie pour un même but : l’amour du taureau, bien souvent, les spectacles se déroulent au même moment, c’est dommage.

La course camarguaise doit s’adapter à l’évolution.
Toute manifestation sportive est réglementée, alors pourquoi pas la course camarguaise qui dépend d’un ministère et qui est régie par une fédération.

Je crains que le public déserte petit à petit les gradins par ennui et par dégoût faute de bons spectacles.
Pour que la course camarguaise ait son plein rendement il faut que les taureaux dominent les hommes.
A partir du moment où il y a surnombre de raseteurs, la lutte n’est plus égale et il n’y a plus de bonnes courses.

N’importe quelle manade avait une bonne royale lorsque les taureaux dominaient.
D’autre part l’aménagement des pistes et contre pistes, la prolifération de trophées ne sont pas pour arranger le moral des taureaux.

Il est vrai qu’il y a aussi des raseteurs d’exception et je n’étonnerai personne en citant Christian CHOMEL.
C’est un garçon qui est capable de dominer n’importe quel taureau dans n’importe quel contexte tant il a un dosage du raset extraordinaire et une connaissance parfaite du taureau.

Pour conclure, je ne voudrais pas oublier les amateurs qui s’occupent activement de la Manade CUILLE :
- Serge MOMBEL, le régisseur du Grand Badon,
- mon frère Michel GOURGEON,
- Claude GACHON,
- Marcel VAYSSIERE
et
- BRASE.

P.-S.

Un article de Bernard GOURGEON, écrit en décembre 1985

Notes

[1] brucellose : anciennement appelée fièvre de Malte
La brucellose humaine est liée à celle du bétail domestique et aux produits laitiers crus provenant d’animaux infectés.
Chez l’animal, la maladie se manifeste surtout par des avortements, alors que chez l’humain, il s’agit d’une fièvre avec complications chroniques le plus souvent articulaires ou neurologiques.

Répondre à cet article