Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« octobre 2019 »
L M M J V S D
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
 

 

Accueil du site > Notre Patrimoine > La Bouvine > 26. Manades-Manadiers > de Taureaux > BLATIÈRE > Manade Blatière-Bessac

Manade Blatière-Bessac

lundi 23 avril 2012, par Alain et Jean-Noël Soubeiran

Né en 1878, c’est en 1921 qu’Alfred Blatière, propriétaire terrien, ancien tonnelier, passionné de courses de villages, décide d’élever des taureaux de race Camargue....

Il a quarante trois ans, une occasion s’offre à lui, des taureaux étant à vendre. C’est ainsi qu’il fit l’acquisition d’un lot de huit bêtes (Alaisien, Blad de lune, Capelan, Châteaurenardais, Cocotier et Félibre)
Le manadier Fernand Granon lui cède deux vaches "L’Eclipse et Madelon".
En 1908 naît un garçon, il s’appellera Arthur et en 1917 un deuxième fils Alfred dit Frédou.

L’hiver 1929 fut très rude, surtout durant le mois de février. Au printemps il ne reste qu’un lot de 45 bêtes sur 60 qui fut conduit aux Fontanilles "domaine de la petite sylve".
En 1935 sort une royale composée de Vergézois I, Pompon, Vauverdois, Béchet, Lieutenant et Londes .
Le premier gardian est Jules Perrier dit "L’accoucheur".

En 1936, Alfred Blatière achète "Les Iscles" avec ses 380 hectares, suivi en 1946 des "Fontanilles" avec 220 hectares.
En 1945 aux Iscles, un ternen est bistourné, il s’appelle Grandes Banes , fils de la vache Moustelle et du taureau Vanneau. C’est un taureau malin, intelligent, Baptistin Beuil, le gardian de la manade dira de lui que c’est un "Gandar".
C’est en 1948 que la renommée de l’élevage Blatière s’installe définitivement, avec Mioche, Mécano, Vauverdois, Vanneau, Gandar et Caraque.
Le 25 septembre 1950 après la grande course de Nîmes, le char qui transportait les taureaux est happé par le train au passage à niveau de Vauvert. Gandar qui est sérieusement blessé a une corne arrachée et s’enfuit dans les prés du Cailar.

JPEG - 41.9 ko
Arthur Blatière et Gandar

Le 15 avril 1951, il retrouve la piste de Lunel où il est encore meilleur et après quatre années excellentes, c’est tout naturellement qu’en 1955 il est sacré "Biòu d’or".
Santiago, fils du célèbre Vovo, sème la terreur dans les pistes à la fin des années 50. Le 15 septembre 1958 à Nîmes, il court avec Caraque et Cinquième. Ce jour là, il fit une course mémorable de méchanceté et brisa plus de 40 mètres de planches des barrières.
En 1959 Joseph Boudou devient baile gardian de la manade et le restera plus de vingt ans.
Le 14 février 1960 à l’age de 82 ans, Alfred Blatière s’éteint. Frédou et Arthur prennent la relève.
Vergézois II est élu "Biòu d’or" le 8 octobre 1961, puis c’est Vergézois III en 1970 qui obtient la récompense suprême.
Le 24 juillet 1972, Arthur décède. Cette année-là la royale se compose de Quasimodo, Huguenot, Vibre, Vergézois III, Jacob, Richelieu et Dur.
Dur est élu "Biòu d’or" en 1973, puis c’est Ringot qui remporte le trophée suprême en 1978.

Frédou décède le 3 janvier 1986 à l’age de 69 ans. Jacques lui succède.

A la fin des années 70, un étalon de Fanfonne Guillierme est prêté à la manade ainsi qu’un échange de dix vaches porteuses, ceci afin de tempérer la méchanceté de la race des Iscles. Hélas les espoirs ne furent pas à la hauteur des espérances, et par la suite les manadiers s’efforceront de retrouver les caractéristiques de la race Blatière.
1984 au Grau-du-Roi : Véronique de Blatière est Cocardière d’Or.
C’est ainsi que Folco né en 1986, fils de Raubo-Vesso, issu d’une grande famille de Blatière et de Sorcière (descendante de Vovo) devint étalon de la manade durant plus de quatre ans et permit de retrouver la race d’origine. Il est entre autre le géniteur de Dunan mort prématurément qui était promis à une belle carrière et Mademoiselle, vache exceptionnelle alliant bravoure et méchanceté.

JPEG - 46.2 ko
Royale des Vaches

Le 7 avril 1980 la royale sort à Lunel et était composée de : Scorpion, Pernen, Ménélas, Vallespir, Minos et Ringot.
En 1983, Joseph Boudou est remplacé par son fils Thierry en tant que baile Gardian.
1989 à Mouriès : Emilienne de Blatière est Cocardière d’Or.
Le 3 jullet 1990 Pirate gagne la 59ème Cocarde d’Or et le raseteur vainqueur est Thierry Ferrand.
En 1995 Mourven est "Biòu d’or" dans les arènes d’Arles.

Pierre et Laurent Bessac, les neveux de Jacques s’occupent de plus en plus activement de la manade et en avril 1996 , l’association Blatière-Bessac est créée à Codognan par un groupe de supporters à l’initiative d’Edmond Guiraud appelé "Momon".

JPEG - 57.1 ko
Pierre-Bessac-Jacques-Blatière-Laurent-Bessac

En 1999, la royale était composée de, Poète, Melchior, Pagnol, Jacob, Lucas et Dunan.
Christophe Merle, l’actuel baile gardian à remplacé Thierry Boudou en 2001.
1999 à Vauvert : Blanche de Blatière est Cocardière d’Or.

En décembre 2003, après des jours de pluie sur les bassins versants du Rhône qui est à sa côte d’alerte, une brèche s’ouvre sur la digue rive droite du côté de Saint-Gilles. Dans moins d’une journée une partie de la Petite Camargue est sous les eaux et plus particulièrement le domaine des Iscles, fief de la manade Blatière. Il faut immédiatement évacuer les bêtes (chevaux et taureaux), car la totalité des pâturages est sous plus d’un mètre d’eau. Un élan de solidarité (manadiers, gardians amateurs, supporters de la manade) a permis de sauver l’essentiel c’est-à-dire le cheptel ainsi qu’une partie de la production de fourrage qui venait d’être rentrée.

De tous temps, la manade Blatière à eu de très bonnes vaches cocardières et on peut citer : Magali, Mira, Comtesse, Antoinette, Cigale, Souteyranne, Agathe, Maryvonne, Provençale, Aline.
Parmi ces vaches, Véronique eut la cocardière d’or en 1984, Emilienne en 1989 à Mouriès et Blanche en 1994 à Vauvert.
En 2006 la royale de vaches qui à été élue meilleure royale de vaches cocardières de l’année était composée de : Eugénie, Mignon, Blanche, Aline, Jumelle, Pierrette et Mademoiselle.

L’année 2007 aura apporté beaucoup de satisfaction aussi bien pour les courses de protection que pour celles de l’avenir, et dores et déjà plusieurs taureaux pointent le bout de leurs cornes, on notera plus particulièrement : Bel Canto, Rostand, Nevers, Dragon, Nizan et chez les vaches la relève semble assurée avec Agathe, Laurence, Gisèle, Isis et Noëlle.

Première mise en ligne le 13 mai 2008

P.-S.

2.378

3 Messages de forum

  • Taureaux en lice Le 24 avril 2012 à 08:06 , par Eric

    Nombre de biòu de Blatière-Bessac qui courent :

    Sorties inscrites*

    Répondre à ce message

    • Taureaux en lice Le 24 avril 2012 à 11:36 , par Longo Mai

      Bien ton petit historique qui est au goût du jour .
      Dans les taureaux qui montrent le bout des cornes, pour moi il en manque un VILLAZON.

      Puis j’ai une petite question à poser (peut être embarassante ?) :
      - Pourquoi MADEMOISELLE n’a jamais obtenu le sacre de Cocardiére D’or ?

      Répondre à ce message

      • Taureaux en lice Le 25 avril 2012 à 18:45 , par Bernard

        Personnellement aucune idée, je ne fais pas parti du jury chargé d’aller voir ces dames, et je ne connais pas le système de notation, ni d’appréciation de leurs prestations, de plus je ne vais qu’à un ou deux courses de vaches

        Réflexion : pourquoi le nombre de ces courses a fortement chuté ? et pourquoi si peu en Provence ?

        Répondre à ce message

Répondre à cet article