Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« juin 2019 »
L M M J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
 

 

Accueil du site > Vade Mecum > s > sauvadou

sauvadou

mercredi 8 janvier 2014

N. C. masc. provençal : lieu où l’on se sauve, refuge
(l’arène)

L’habitude a été prise de les désigner par le terme espagnol de burladero mais le nom provençal sauvadou conviendrait mieux à la course camarguaise.
Dans nos arènes, en principe, ils sont réservés aux portiers et situés à l’intérieur de la contre piste.

A Rognonas
A Fontvieille

A Eyragues

Aux Saintes Maries

Pour la corrida ce sont donc les burladeros.
Ils doublent les barricades à l’intérieur de l’arène et communiquent avec la contre piste. Ils sont utilisés par les matadors et leurs peones (assistants).

Le burladero communique avec la contre piste
Pas toujours : comme ici dans une arène de village en Espagne
On peut trouver des burladeros à l’intérieur de la contre piste
comme ici à Séville mais ce sont alors des talanqueras*

Première mise en ligne le 5 juillet 2012

P.-S.

474

5 Messages de forum

  • Sauvadou Le 20 août 2013 à 21:48 , par Bernard

    Ce mot provençal est entre nous bien plus joli et plus doux au parlé que son homologue Espagnol !!! vous trouvez pas !!!

    Répondre à ce message

  • Sauvadou Le 8 janvier 2014 à 09:24 , par Saladelle

    Bonjour à toute l’équipe et meilleurs vœux ! Il me semble que sur la 1ère photo de l’article du sauvadou ,il y est une erreur de lieu , ce n’est pas aux arènes de Fontvieille ,mais aux arènes de ROGNONAS Bonne journée à tous !

    Répondre à ce message

  • sauvadou Le 8 janvier 2014 à 15:48 , par Salva

    Réné Trouillet, notre regretté ami et collaborateur, admettait difficilement que des termes à consonance hispanique puissent être utilisés pour parler de la tauromachie camarguaise.
    Pour lui il fallait tout ramener à la Lengo Nostro même pour les Languedociens.

    C’était un des rares sujets sur lequel nous divergions.

    Je reste persuadé que l’antériorité de la tauromachie ibérique, sa maîtrise dans les différentes phases de l’élevage, sa science du combat en font une tauromachie-mère à laquelle les autres ne peuvent faire que référence.

    Un burladero est une protection, une "restoration" est une sorte de Back up, un burn out un état momentané, etc, etc...

    On ne peut tout franciser, provencialiser, mistraliser ou autre. Il faut accepter les termes innovants et enrichir notre langue avec parfois, de magnifiques exceptions comme par exemple la trouvaille de René : Tèlomestre au lieu de Webmaster B-)

    Répondre à ce message

  • sauvadou Le 9 janvier 2014 à 08:11 , par Bernard

    Oh comme il avait raison, nous ne nous sommes peut être pas assez démarqué de l’autre taureaumachie, a une époque ou il y avait beaucoup d’imprégnation hispanique dominante.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article