Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« janvier 2020 »
L M M J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2
 

 

Accueil du site > Vade Mecum > t > burladero et talanquera

burladero et talanquera

dimanche 27 mai 2018, par Salva

Notre culture tauromachique locale s’est nourrie (et pris exemple) de la tauromachie ibérique. Logique puisque la fiesta brava a l’avantage de l’antériorité.
Il s’agit ici, de préciser le sens de deux termes faisant partie de l’architecture des arènes mais qui désignent deux endroits bien différents :
- burladero
et
- talanquera

Mise à jour : 7 juin 2013 puis 26 mai 2018

Burladero et talanquera sont des lieux de protection.
Ces lieux, autour de l’arène, ne sont pas placés au même endroit.

Puisque nous avons emprunté ces termes au vocabulaire castillan, il m’a paru logique d’aller chercher leur définition dans les livres de référence originels.

C’est ainsi qu’il est précisé que le burladero est un abri pour l’homme fait de planches qui, placé dans la piste (ou dans les corrales), devant la barrière permet le passage du callejón vers la piste (ou le contraire).

Lunel
Un des burladeros de Lunel

.

Un des burladeros de Vauvert

.

Dans les corrales
Burladero dans les corrales

La talanquera c’est la barrière, un peu plus large que le burladero, placée dans la contre-piste (callejón) et adossée aux gradins. A l’origine elle était destinée à abriter toutes les personnes qui, de près ou de loin, participaient au spectacle.

El callejón de Las Ventas (Madrid)
A gauche, les talanqueras.

.

La talanquera de Vauvert

.

Si on s’en tient à ces définitions qui font référence, dans les arènes utilisées pour la Course Camarguaise, il n’y a pas de burladero(s).
Mais... qu’est-ce que cela change ?
C.Q.F.D.

L’ ARTICLE 64 du Règlement établi par l’UNION DES VILLES TAURINES DE FRANCE fait mention :

Dans la matinée du jour fixé pour la corrida, le président de la course, accompagné du président de la C.T.E.M ou son représentant, et s’ils le désirent, de l’organisateur et des matadors - ou de leurs représentants respectifs -inspecteront l’état de la piste et en feront réparer les imperfections. L’état de la « talenquère  » des « burladeros  » et des diverses portes sera également contrôlé.


BARRERA - Valla de madera situada alrededor del ruedo.

BURLADERO - Trozo de valla que se pone delante de las barreras de las plazas de toros para que pueda guarecerse el lidiador, burlando al toro que le persigue.

TALANQUERA - Valla que separa el tendido del callejón.

TENDIDO - Graderío descubierto de las plazas de toros.

Dans une arène, on appelle burladero un abri de planches posé en avant des barrières qui entourent le ruedo. Il existe aussi un burladero similaire dans le callejón, devant la deuxième palissade d’où partent les gradins (talanquera) pour servir de refuge aux gens de service quand le taureau saute dans le couloir

Source : Auguste Lafront - Paco Tolosa : « Encyclopédie de la corrida », éditions Prisma, 1950, p. 51

callejón :
Dans une arène, le callejón désigne le couloir circulaire séparant la barrière des gradins.

Première mise en ligne le 23 avril 2007

6 Messages de forum

  • burladero et talanquera Le 31 mai 2013 à 18:01 , par Bernard

    Refuge assez étroit placé dans la contre piste, deux au moins sont réservés aux portiers et aux gardians. Endroit très prisé des afeciouna.

    Répondre à ce message

  • burladero et talanquera Le 4 juin 2013 à 07:40 , par Salva

    Concernant la photo des arènes de Las Ventas, je me plais à remarquer leur état de propreté et leur parfait entretien...

    C’est peut-être, aussi, cela qui constitue la différence entre les tauromachies...
    Dans la péninsule ibérique, pour aller voir los toros les gens s’habillent ... B-)

    Répondre à ce message

  • burladero et talanquera Le 18 juillet 2014 à 06:06 , par Bernard

    Dans une arène c’est un "refuge" dans lequel se tient en principe les portiers,car réservé exclusivement pour eux, mais aussi endroit très prisé de certains aficiouna, certains ne viennent pas fréquenter une arène s’il n’y a pas de burladero en contre piste. En tauromachie espagnole, il y en a aussi à l’intérieur de la piste, refuge bien plus aisé pour se mettre à l’abri, étant donné les tenues "gaindés" des acteurs, il leur serait très difficile de franchir les barrières, d’autant plus que les barrières en corrida sont plus hautes que pour la course Camarguaise. Adopterons bien mieux le mot Provençal qui est plus convenable, pour le monde de la bouvine. P.-S.

    Allons voir ce mot bien Provençal lui : SAUVADOU http://www.bouvine.info/Sauvadou

    Répondre à ce message

    • burladero et talanquera Le 18 juillet 2014 à 11:40 , par Liberté

      Bravo Bernard, je vois que quand tu te boulègues les carnavelles tu restitues notre langue provençale dans les mots toujours en usage dans notre tradition taurine. Effectivement le burladero devient "Sauvadou" en lengo nostre. On dit bien "capelado" et non "paséo", on dit bien "aféciouna" et non "afécionados" etc... Néanmoins, je déplore certaines fois la diction de quelques présidents de course au micro, tous des méridionaux, qui prononcent lamentablement des mots de notre belle langue sans que personne ne leur en fasse la remarque. S’ils se renseignaient au moins sur la prononciation... Exemple ? Lou pounchu (FFG) prononcé "lou pounchou" en réalité se dit lou pouncheu.(car on ne prononce pas les U en provence. Bèucaire (FFG) prononcé Bô ca î ré. Se prononce bèoucaïre... Et j’en passe une tièro pour ne pas vous écorcher davantage les oreilles A ben lèu Liberté

      Répondre à ce message

  • burladero et talanquera Le 18 juillet 2014 à 13:47 , par Bernard

    Parfait, nous qui avons la nostalgie de René.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article