Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« janvier 2020 »
L M M J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2
 

 

Accueil du site > Vade Mecum > t > Tellinier

Tellinier

mercredi 7 janvier 2009

Outil de pêche.

- désigne l’outil de pêche, sorte de petit chalut manuel avec lequel on ramasse les tellines,
- désigne aussi le pêcheur qui s’adonne à ce métier, ou à ce plaisir. Localement appelé tellinaire.

seuls les spécimens d’au moins 2,5 centimètres sont autorisés à la vente. Sinon, c’est du braconnage...
Les coquillages de taille inférieure sont appelés "la graine".

La pêche à pied de loisir est aussi règlementée :

- 1 tellinier par personne dont l’ouverture maximale est de 20cm et le maillage minimum de 10 mm au carré.

A ce propos, voici ce qu’en pense le Parc Régional Naturel de Camargue :

"La telline, petit coquillage qui vit enfouie dans le sable fait l’objet d’une pêche intensive.
La pêche se pratique à pied, le pêcheur marche en tirant derrière lui un « tellinier », constitué d’une lame qui racle le sable, prolongée d’une poche en filet dans laquelle sont récoltées les tellines.

130 autorisations ont été accordées sur le littoral camarguais. La moitié des pêcheurs sont extérieurs au département. L’exploitation officielle des tellines représente environ 470 tonnes/an pour le littoral camarguais (source : affaires maritimes). A cela il conviendrait d’ajouter les tonnages des très nombreux pêcheurs qui pêchent sans autorisation. Ces données officielles sont loin de refléter la réalité. En effet, l’IFREMER avait estimé à 100 Kg la récolte moyenne journalière par pêcheur. Sur les seules côtes de la Réserve Nationale que se partagent 20 telliniers, pendant environ 250 jours par an, il y a donc plus de 500 tonnes de tellines pêchées par an.

Ces dernières années la pêche des tellines a connu une forte intensification. Les débouchés économiques intéressants de ce coquillage ont provoqué l’augmentation du nombre de pêcheurs mais aussi une modification des techniques de pêche. Ainsi de nombreux pêcheurs sont maintenant équipés d’échasses et de tubas pour aller exploiter les stocks plus profonds et plus loin des côtes. Un arrêté préfectoral de juin 2002 vient d’interdire ce genre de pratique qui porte atteinte au renouvellement des stocks.

De réelles incertitudes existent sur l’évolution de la population de tellines camarguaises, menacée de surexploitation."

Source : http://www.parc-camargue.fr

P.-S.

Explication de Laurence Nicolas (ethnologue au cnrs-desmid d’Arles) page 489 de son ouvrage "Beauduc" : utopie des gratte-plage.
Edité par "images en manœuvre" à Marseille

Répondre à cet article