Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« décembre 2020 »
L M M J V S D
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
 

 

Accueil du site > Art & Culture > Bouvino e Lengo Nostro > Lengo Nostro (1/2) A l’ouro dóu soulèu : Lis espressioun poupulàri.

Lengo Nostro (1/2)
A l’ouro dóu soulèu : Lis espressioun poupulàri.

dimanche 29 novembre 2020, par Salva

Mise à jour le 28 novembre 2020

Qui pourrait se lancer dans une traduction, même par bribes ?

Se pòu dire que lis espressioun populàri soun la sau d’un lengage.

Garder la mémoire de la Bouvine, c’est aussi garder sa Lengo.
Ces expressions de tous les jours, certains en ont oublié la signification.
Pour qu’elles restent parmi nous, merci de donner leur traduction dans "Répondre à cet article".

NdW.

AVIS aux "COPIEURS"....

Cette page contient des particularités comme celles qui étaient incluses dans la liste éhontément recopiée par Martine Aliaga dans son feu blog Midi-Libre, vous pouvez le consulter sur ce lien :
Et "Pan sur le bec !" du blog de Midi-Libre.

Notre ligne éditoriale est claire :
prenez sur ce site tout ce dont vous avez besoin ; ayez uniquement l’amabilité de citer vos sources.

Tóuti li lengo an li siéuno que soun fargado à soun engèni particulié. Emai agon servi de generacioun en generacioun, an rèn perdu de sa sabour, soun perfum s’es pas eivana. Emai lis aguen ausido e dicho cènt e cènt cop s’alassan jamai d’éli e, proun souvènt nous estounon encaro coume se venien tout just d’espeli. Es verai qu’an pas pres uno rego e sèmblo que rèn jamai poudra li gausi.

Coume s’es fa aièr, coume deman se fara encaro, aquélis espressioun que sèmblon avé greia d’esperéli vènon souleto sus la lengo e fan lou bèu de noste parla grana.

A-n-un enfant que vàu pas respondre, se damando :

" Lou cat t’a manja la lengo ? ". Le chat t’a mangé la langue ? (Jean-Marie)

Se parlo bèn, se ié dis : " As pas leissa ta lengo au couissin ".
Se parlo trop, se ié dira :

" Taiso-te, te demandon pas quant as d’an "... Tais-toi, on ne te demande pas ton age. (Jean-Marie)

D’aquéu que respond de travès, se remarco :

" lé parlon de cebo e respond d’aiet ". On lui parle de cèbe, il répond ail. (Jean-Marie)

D’un maissaire : " Parlo coume sant Pau : la bouco duberto ", o bèn :

" Es lou tambour de Cassis : un sòu pèr lou faire parti, cinq sòu pèr lou faire fini "
ou (variante)
“Es lou tambourin de Cassis : cinq sòu pèr coumença e cinq franc pèr cala” C’est le tambourin de Cassis : cinq sous pour commencer et cinq francs pour cesser. (badau)
Cassa a l’abéuradou tendre les filets le long d’un ruisseau où vont boire les oiseaux.

" Es lou tambour de Cassis : un sòu pèr lou faire parti, cinq sòu pèr lou faire fini "...

Se quaucun lacho uno soutiso, se pòu dire : " Vau mai entèndre acò que d’èstre sourd ".
Se fai de peno pèr si resoun, aquéu que vèn d’èstre maca, dira : " Parié miés de se regarda ".
O bèn se countentara de souspira : " Tè ! mete acò dins ta pocho em’ un moucadou dessus ".

Mai l’autre alor, lou vesènt facha, vendra belèu : " Quau se pico se fai mau ", o bèn : " Que se grate mounte ié prus "...

D’un testard se pòu dire : " Quand sias neissu pounchu, poudès pas mouri carra ", vo bèn : " Aquéu coto pas emé de poumò d’amour "...
D’un lambin se dis : " Dòu tèms que se viro, tuiarias un ase à cop de figo ".
D’un que cargo un pau trop de croio : " Se mouco pas dou pèd ", o bèn : " Es fort emé la lengo "...

D’un enfant trop creserèu, se dira : " Ié farien encrèire que li pijoun teton " e, d’un enfant que se mounto lou cop : " Se t’esquichavon lou nas n’en sourtirié encaro de la ", o bèn : " Sabès bèn quau t’a fa lou nas "...

Se quaucun s’es planta au mitan e vous empacho de passa o de ié vèire, autant lèu vous vèn de ié dire : " Siés toujour au mitan coume lou dimècre dins la semano ", vo bèn : " Toun pairo èro pas vitrié "...

A-n-aquéu que tiro pas la porto darrié éu, se dis : " Se vèi que siés jamai ana à Paris, sas pas barra la porto ".

Au four, au moulin, à la font
L’on apren toujour quicon
Au four, au moulin, à la fontaine
on apprend toujours quelque chose
Une manado de gènt un tas de gens
Acacho-te pèr parti Fais toilette pour partir
Lou tèms s’acalouro pas gaire Le temps ne se radoucit guère
A tusto-balustre à tout hasard, à l’étourdi
Se metre en bambocho partir en goguette
Bastoun de Sant Jóusè bâton de saint Joseph
allumette symbolique que les bonnes femmes présentent au nouveau-né quand l’accouchée fait sa première sortie
Garda li fedo à bastoun planta dins lou bèn d’un autre Faire paître son troupeau à bâton planté dans le bien d’autrui
Voulè roumpre l’anduecho au geinoui - Tenter l’impossible
Qu’es acó :
Au bos nais, au prat nais, à la vilo japo ?
— li barjo
Devinette :
Il nait dans les bois, nait dans les prés, à la ville il aboie ?
— le brisoir de chanvre
Fai que barja ! Que de la bouche !
lou diable te barje Au diable ton bavardage
li gènt venien à bóudre les gens venaient en foule
barjaboudre qui parle sans arrêt
barrula coume un porc malaut flâner, fainéanter
sarié meiour pèr barrula que pèr courre se dit de quelqu’un qui est rond d’embonpoint
Tóti l’an barrulado se dit d’une femme qui a eu beaucoup d’amants
troubarie d’òs en un lèu il trouve toujours à redire
faire bouli un lèu emè d’espinglo piquer des épingles dans un mou de mouton bouilli : détruit le maléfice
On croyait que les épingles piquaient la peau du sorcier(e) et le forçaient à retirer le charme
S’acò’s pas vuei, sara deman Si ce n’est pour aujourd’hui, ce sera pour demain
lou sèt tirasso aux cartes :
la retourne du sept amène souvent le roi dans les mains de celui qui donne...
sourti di braio d’un pacan ce ne sont pas des gens de peu
bon pache bon marché
jouga au parentoun jouer à la fossette avec des billes
toumba coume un sabatas tomber lourdement
gàbi d’escalié cage d’escalier
vai faire de gàbi ! se dit à un importun ou un ignorant qui vante son adresse
sian tempoura nous n’avons ni froid ni chaud
de long tempié de longues pluies
Servi de simbèu servir d’enseigne
traço toun sihoun coume un cagarau e laisso-m’esta fais ton chemein et laisse-moi tranquille
n’en resto pas uno silabo il n’en reste pas une miette

D’aquélis espressioun granado n’avèn de pléni banastado.
I’ a que de pica dedins pèr que, meme en parlant de pati-pata-pas-rèn, la couversacioun belugueje.

Lis espressioun poupulàri (2/2) *

Première mise en ligne le 11 septembre 2008

P.-S.

A la base écrit par Chag dans CM 156 - Décembre 1985
Différents apports ont été ajoutés par les rédacteurs de l"association

763 - 8889

8 Messages de forum

  • A l’ouro dóu soulèu : Lis espressioun poupulàri. Le 28 janvier 2014 à 12:44 , par Bernard

    Dommage, mais mes connaissance en Provençal ne sont pas assez fines, désolé

    Répondre à ce message

  • A l’ouro dóu soulèu : Lis espressioun poupulàri. Le 9 septembre 2014 à 20:36 , par Camargueno

    Est-ce ce que vous attendez ? Si oui, je peux continuer à traduire dans la mesure de mes moyens ces expressions si colorées de noste lego prouvençalo. Mis amistas e osco la Prouvenço !

    Se pòu dire que lis espressioun populàri soun la sau d’un lengage.

    On peut dire que les expressions populaires sont le sel d’une langue.

    Garder la mémoire de la Bouvine, c’est aussi garder sa Lengo. Ces expressions de tous les jours, certains en ont oublié la signification. Pour qu’elles restent parmi nous, merci de donner leur traduction dans "Répondre à cet article".

    Tóuti li lengo an li siéuno que soun fargado à soun engèni particulié. Toutes les langues ont les leurs qui sont façonnées à leur génie particulier. Emai agon servi de generacioun en generacioun, an rèn perdu de sa sabour, soun perfum s’es pas eivana. Et même si elles ont servi de génération en génération, elles n’ont rien perdu de leur saveur, leur parfum ne s’est pas éventé. Emai lis aguen ausido e dicho cènt e cènt cop s’alassan jamai d’éli e, proun souvènt nous estounon encaro coume se venien tout just d’espeli. Même si elles ont été entendues et dites cent et cent fois, nous ne nous en lassons jamais, et assez souvent elles nous étonnent encore comme si elles venaient tout juste d’éclore. Es verai qu’an pas pres uno rego e sèmblo que rèn jamai poudra li gausi. Il est vrai qu’elles n’ont pas pris une ride et il semble que rien jamais ne pourra les user.

    Coume s’es fa aièr, coume deman se fara encaro, aquélis espressioun que sèmblon avé greia d’esperéli vènon souleto sus la lengo e fan lou bèu de noste parla grana. Comme il s’est fait hier, comme ça se fera encore demain, ces expressions qui semblent avoir germé d’elles-mêmes nous viennent sur la langue et font la beauté de notre riche langage.

    Répondre à ce message

    • A l’ouro dóu soulèu : Lis espressioun poupulàri. Le 9 septembre 2014 à 21:28 , par Camargueno

      "nous viennent SEULES" sur la langue". Pardon !

      Répondre à ce message

      • A l’ouro dóu soulèu : Lis espressioun poupulàri. Le 12 septembre 2014 à 20:01 , par Liberté

        Ièu en ai un mouloun d’istori...e de vertadiero. Tè, n’en vaqui uno que se passavo devers Vallabrègo i a quauqui tems d’acò... Lou "ZE" de Vallabrègo Touti li gèn dòu relarg de Vallabrègo emai d’en foro dou vilajoun, i raro de Camargo, an couneigu lou Zé de Vallabrègo. Grand amatour de la manade Albert ESPELLY, aquel ome que manjavo dins si setanto an èro un afeciouna de trio qu’aurié vendu son ame au diable per la causo bouvinenco. E subre tout per soun ami Albert e si biòu que i é disien "li Miura de la courso libre", se sarié fa tuia se d’asard quaucun i é cercavo garouio. Un bèu jour d’estièu, que d’aquest an fasièu lou revistero de courso de biòu, me devine au rode reserva i crounicaire, proche de la presidenço. I avié aqui assetado just darrié ièu, uno infirmièro que devié passa lou quintau tant ero bèn poupudo e grassèti à noun pus. Darrié elo, lou Zé se tenié de dret, apiela à la paret e esperavo la sourtido dòu premié biòu de soun coumpan Albert. Per aqueli que couneissien li biòu d’Espelly qu’eron touti estampa dins lou meme mole, vaqui lou proumié que boumbis de l’establoun. Un biòu grandaras, loungaru dòu coulas, di bano longo e afinado, un brigoun "butar" e, marco famihèro d’aquelo raço, lis amalu que pounchejon dis esquino coume de cavihé. De veire aquèu biòu que semblavo meigrinèu e aflaqui, de l’avis de nosto infiermièro, elo s’escrido tout d’un tems "mon Dièu que ce taureau est maigre !" Lou Zé qu’èro juste darrié, d’ausi aquelo falabourdo mespresanto de soun "biòu", subran ié pico sus l’espalo e ié dis : " e vous madamo, vous troubès pas un pau trop grosso par asard ?" "mai vous parle pas à vous ! mai queto manièro de parla ansin i femo !" ié dis la pesarudo "e ben ièu vous parle. se dis pas d’un biòu qu’es maigre, mai qu’es fin e bèn proufila" i é ven lou Zé. Touti li vesin s’esclafavon de rire, ço vai soulet.mai pensas ! nosto infiermièro es ana s’asseta un pau plus liuen, vergougnouso de se faire trata de la sorte. E ièu, qu’escribave la courso d’uno plume galoio, m’aurié fa gau de counta’quelo istori. Segur que mai d’un se n’en sarié coungousta. A despar dòu Zé, proubable. Liberté

        Si la traduction s’avérait nécessaire, bien sûr je prendrai plaisir à la revirado

        Répondre à ce message

  • Pour en revenir à la langue d’Oc,
    j’ai toujours en mémoire la citation de ACHARD Claude Francès (1751-1809), docteur en médecine de Montpellier :
    "patois ou patoues : patois, jargon du peuple".

    Le Provençal ne saurait être regardé comme un patois, puisqu’au lieu de dériver du français, il a la gloire de lui avoir donné naissance.

    Nous y reviendrons plus tard en évoquant "la lengo dóu miejour" du maître Frédéric MISTRAL.

    Liberté

    Répondre à ce message

    • A propos du terme "patois" je vous propose une clarification sémantique.

      Dès 1762, le Dictionnaire de l’Académie française le définit ainsi :
      « Langage rustique, grossier, comme est celui d’un paysan, ou du bas peuple ».
      Il a toujours gardé une connotation péjorative...
      Politique et linguistique, notre Histoire porte les stigmates des interdictions.
      Il fallait parler la langue des dominants, le reste ne pouvant être que "vulgaire".

      Techniquement, le "patois" a toujours désigné un parler local, jamais une écriture.

      On définit une langue par le fait qu’elle est régie à l’aide d’un dictionnaire, d’une grammaire, d’une syntaxe qui s’enseigne, s’apprend, se pratique et s’écrit.
      Un "patois" n’a ni dictionnaire ni livre de grammaire...

      Répondre à ce message

      • C’est l’Edit de VILLERS-COTTERETS , une ordonnance royale de François 1° en 1539 qui exige que tous les textes administratifs soient désormais rédigés en langue Françoise, reléguant ainsi le parler d’Oc au terme de vulgaire patois. Nous verrons plus loin que le "patois" est en fait une langue régie par des règles grammaticales et une syntaxe comme le dit si bien Salva. Liberté

        Répondre à ce message

Répondre à cet article