Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« novembre 2018 »
L M M J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2
 

Aujourd'hui 19 novembre 2018

-Transparences : du mardi 27 mars 2018 au lundi 26 novembre 2018 - à  SAINT HIPPOLYTE DU FORT
-Silhouettes : le 30 mars 2018 - à  ALBI

 

Accueil du site > Notre Patrimoine > Nos racines > Histoire de la Camargue > "La légende noire du Soldat O"

"La légende noire du Soldat O"

samedi 10 novembre 2018, par Salva

Pour illustrer ce que Liberté nous explique - en commentaires - sur cet article :
"Jadis en Camargue" (1/2) *
voici le livre :
(...)

"La légende noire du Soldat O"

Trois août 1914
Déclaration de guerre entre la France et l’Allemagne. La stratégie du Grand Quartier Général repose sur "l’attaque à outrance" contre un ennemi solidement retranché sur les frontières de l’Alsace et de la Lorraine depuis 1870.

Vingt août 1914
La retraite est générale sur tous les fronts. Les pertes sont énormes. L’échec de cette stratégie est total.
L’Etat Major cherche alors un bouc émissaire.

Vingt-quatre août 1914
Paraît dans le journal "Le Matin" un article signé Auguste Gervais vraisemblablement rédigé par le Ministre de la Guerre :

« ... Un incident regrettable s’est produit. Une division du XVème Corps composée de contingents d’Antibes, de Toulon, de Marseille, d’Aix et de Nîmes, a lâché pied devant l’ennemi.
Les conséquences en ont été celles que les communiqués officiels ont fait connaître. Toute l’avance que nous avions prise au-delà de la Seille sur la ligne Alaincourt-Delme et Château-Salins, a été perdue.
Tout le fruit d’une bataille-combinaison stratégique longuement préparée a été momentanément compromis, malgré les efforts des autres corps qui participaient à l’opération et dont la tenue a été irréprochable.
La défaillance d’une partie du XVème Corps a entraîné la retraite sur toute la ligne. Le ministre de la Guerre, avec sa décision coutumière, a prescrit les mesures de répression immédiates et impitoyables qui s’imposaient...
A l’aveu public de l’impardonnable faiblesse des troupes de l’aimable Provence surprises par les effets terrifiants de la bataille et prises d’un subit affolement, s’ajoutera la rigueur des châtiments militaires … ».

L’affaire du XVème Corps était née.
A l’humiliation de toute une population allaient s’ajouter exécutions
pour l’exemple, rejet des soldats provençaux, refus de soigner les blessés et lourdes brimades.
La réhabilitation du XVème Corps et l’amende honorable qui suivirent n’effacèrent pas les effets d’un racisme anti-méridional ambiant.
Boulevards, places, avenues perpétuent dans plusieurs villes du Midi la mémoire de ce Quinzième Corps d’Armée accusé de lâcheté au début de la guerre pour la seule raison qu’il était composé de provençaux et de corses.

Un formidable effet de stupeur avait alors saisi la Provence partagée entre la
douleur et l’indignation.
Malgré la réhabilitation officielle du Soldat Odde,- de Six- Fours - fusillé pour l’exemple, la plaie demeurera longtemps ouverte.

Répondre à cet article