Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« janvier 2022 »
L M M J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6
 

 

Accueil du site > Notre Patrimoine > La Bouvine > Les Hommes et les Femmes > Les hommes en blanc > Biographies - Palmarés > DOULEAU André et Roger > Les Douleau : Roger

Les Douleau : Roger

Les Douleau

mercredi 3 février 2021, par Bernard

Ils étaient frères... André et Roger

Le plus jeune : Roger.

Roger Douleau est né le 22 juillet 1925 à Arles ; il est le plus jeune des trois, il commence à raseter les emboulés.
Sa personnalité ne tarde pas à se manifester.
C’est un gagneur que rien ne rebutera. C’est le type même du travailleur infatigable, acharné qui veut la victoire à n’importe quel prix, ce qui lui a valu bien des déboires.

Dès 1948 pour ses débuts en blanc, il reçoit un coup de corne dans le bras par Topinambour de Nou.
C’est malgré tout le début d’une grande carrière qui va durer une quinzaine d’années, carrière jalonnée de triomphes et de blessures, mais bien représentative de cette grande époque de la course libre.

Beaucoup ont eu le souvenir de sa très grave blessure pour la Cocarde d’or 1953 par le taureau Aspirant de Nou de la Houplière.
Roger convoitait cette victoire en tant que raseteur, mais surtout en tant qu’Arlésien.

Il avait la victoire en main car en tête de cette compétition.
Aspirant sur une grande action criminelle à la barrière vint le prendre au saut, très haut dans le couloir, cette action a fait la réputation de ce cocardier. L’artère fémorale avait été mise à nu, tirée par la corne ; mais après quelques soins il revint en piste affaibli certes mais encore plus acharné.

Il se marie en 1951.
Il ne pouvait faire autrement que de rencontrer celle qui allait devenir son épouse sur les étagères de arènes d’Arles. Ils eurent un fils qui ne fut jamais raseteur, pour avoir assisté très jeune à une grave blessure de son papa dans les arènes de Vallabrègues.

1954 Roger est à l’apogée.
Ce fut sa grande année, Cocarde d’or, Palme d’or, Trophée du Provençal.
On ne pouvait pas faire mieux à l’époque, les trophées n’étaient pas légion comme de nos jours.

Cette cocarde d’or il devait encore la gagner en 1959 a égalité avec un autre très grand raseteur Falomir.
1960 il gagne la Marguerite d’or et le Giraud à Mouriès.

Il gagna la palme en ne faisant que deux courses les jeudis et lundi sur les quatre possibles.

Il n’avait pas un raset aussi classique que son frère André.
Il partait à quelques mètres, allait dans la tête, et parfois sans sauter refaisait un autre raset.
C’était la fougue, la générosité, le mépris du danger qu’il allait payer très cher du début à la fin de sa carrière.

Outre Aspirant il a été blessé par Majouraou de Laurent à Vallabrègues, par Gendarme d’Arc en Ciel à Salin, par Madur de Raynaud à St Privat et à Fourques par Listoun de Tardieu à St Rémy coincé contre le mur avec 2 vertèbres fracturées, cinquante cinq jours dans un corset, Desbrouta de Laurent le blessa aussi.

Ne comptons pas le nombre de fois ou il s’est fait déshabiller entre autres par deux fois mémorables, par Bicyclette de Thibaud et par Moulinois de Pouly.
Il sortit de l’aventure marqué sur tout le corps, pantalon et chemise en lambeaux à chaque fois. Ce n’était pour lui que péripéties. Des souvenirs, il pouvait en raconter pendant des jours, jusqu’au bout de sa vie il n’a été que passion.

Roger Douleau déshabillé par Cerf de Bilhau

Vidourle de Laurent un jour mangea sa serviette en piste, du jamais vu, son frère ayant chuté en pleine piste à Arles, il vint le récupérer et réussit a se sauver, malgré une poursuite et une arrivée des plus mouvementées et spectaculaires à la barrière.

Il aimait par-dessus tout raseter Cosaque de Lafont et lors d’une finale du Trophée du Provençal, enlevé par son frère André, il lui pris une ficelle a 80.000 fr ; Gandar le rendait prudent, il lui enleva sa cocarde à 32.000 fr, mais à sa prochaine course à Lunel il ne lui toucha même pas la tête.
Pour Vovo ça a été pire il en avait peur, et il le reconnaissait bien volontiers.

Il eut pour tourneur son frère aîné Alfred, puis Paulet et Maurice Bonnet.
Falomir, Volle et Soler sont ceux qu’il a le plus apprécié.

Roger s’est retiré des pistes en 1963 mais il est resté ce qu’il était, un homme de tempérament. Son enthousiaste est resté égal jusqu’à son dernier souffle.

La carrière des deux frères fut parallèle de 1945 à 1960 pour André et de 1948 à 1963 pour Roger, ils partageaient tout sauf en piste où là, la compétition était de mise.

Première mise en ligne le 16 novembre 2007

P.-S.

Inspiration : un article de Ranc M.

2.384

12 Messages de forum

  • Les Douleau : Roger Le 9 octobre 2014 à 18:18 , par Frisé

    gavot de saumade ? il me semble que saumade a démaré bien plus tard

    Répondre à ce message

    • Les Douleau : Roger Le 8 septembre 2019 à 15:54 , par Salva

      A vérifier...
      Merci "Frisé" !

      C’est l’avantage de ce site que je veux participatif : nous écrivons, tous, sous le contrôle des lecteurs.
      Nous n’avons pas la science infuse !

      Une erreur, une imprécision ? Vous nous le faites savoir et on corrige.

      Merci à tous !!!!

      Répondre à ce message

  • Les Douleau : Roger Le 9 octobre 2014 à 20:56 , par Bernard

    Ouh ! là ; oui la légende me parait effectivement fausse, ou la photo ne correspond absolument pas au texte, Claude Saumade à créé sa manade vers 1970 par l’achat de bêtes de Diaz, gendre de Ricard, qui se sépare des Camargues, il le fait avec son voisin Janin. Merci, de nous avoir signalé une possible erreur, et ça prouve que tu à été attentif a ce que nous avons posté.

    Répondre à ce message

    • Les Douleau : Roger Le 9 octobre 2014 à 21:22 , par Jean-Paul.

      Il y a eu un jeune Doulaud dans les années 70, et à cette période il y a eu un Gavot chez Saumade. Si on regarde les spectateurs on voit que l’on est dans les années 70 et pas 50.

      Répondre à ce message

  • Les Douleau : Roger Le 10 octobre 2014 à 06:54 , par Bernard

    Effectivement je retrouve trace d’un Daniel Doulaud d’Arles raseteur de l’avenir en 1977 ; 1978 ; 1979 ; 1980 et puis plus rien, je pense qu’il n’a pas franchit ce cap.

    Répondre à ce message

  • Les Douleau : Roger Le 10 octobre 2014 à 07:07 , par Bernard

    Quand au taureau portant le nom de Gavot de Saumade, il apparait en 1978, 1979, 1980. donc nous pouvons conclure que la photo qui alimente cet article date de ces années là.
    - Le jeune Douleau aurait fait carrière de 77 à 80, le taureau Gavot de 78 à 80, ce qui resserre l’époque de cette photo.
    - De plus Roger Douleau était bien plus trapu et plus frisé il me semble bien, d’après d’autres photo.

    Répondre à ce message

    • Les Douleau : Roger Le 10 octobre 2014 à 09:06 , par don josé

      Bonjour, J’ai peut être une piste : arène d’Uchaud, finale du Trident d’Or, septembre 1978 ; Gavot faisait bien parti du trio de Claude Saumade avec Bramaire et un certain Samourai ; quant au razeteur il faudrait voir quels étaient en piste ce jour là mais je ne pense pas que ce soit un Douleau.

      Répondre à ce message

      • Les Douleau : Roger Le 8 septembre 2019 à 11:40 , par VOVO

        Bonjour

        J’ai assisté à cette course à UCHAUD.

        Taureaux de Claude SAUMADE : Bramaîre-Gavot-Samouraï

        Taureaux de Guillierme : Agouta-Aubun-Caput

        Le raseteur en question est Daniel Douleau

        Manade vainqueur : Fanfonne Guillierme grâce surtout à la prestation d’Aubun

        Répondre à ce message

  • Les Douleau : Roger Le 10 octobre 2014 à 11:52 , par Bernard

    Pour compléter un peu plus le vainqueur de 1978 fut Bellagamba, cette finale se jouait entre Guillerme et Saumade, vainqueur Guillerme. mais si vous avez le score je suis preneur

    Répondre à ce message

Répondre à cet article