Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« décembre 2019 »
L M M J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
 

 

Accueil du site > Notre Patrimoine > Naturel > Etudes publiées sur La Camargue > "Etude sur le Camargue" de René Baranger de 1835 > Régimes du Rhône > Régime du Rhône (1/4)

Régime du Rhône (1/4)

samedi 27 janvier 2018, par Bernard

Extrait du manuscrit de Mr Poule, ingénieur des Ponts et Chaussée de la ville d’Arles — Terminé en 1835, édité ou re édité par R.Baranger — L’ouvrage que je possède porte le N° 74

12/ Etat habituel du Rhône
Les modifications que le Rhône a fait subir à la Camargue, les ravages dont il menace cette contrée, les bienfaits qu’il y répand, nous fait regarder comme essentiel de donner quelques notions sur son régime, au moins depuis Arles jusqu’à la mer.

Ses eaux avant d’arriver à cette dernière ville, sont devenues moins rapides, elles ont laissé, en amont, à un myriamètre (3) de distance, les bancs de cailloux dont leur fond s’y trouve pavé, elles charrient encore jusqu’à trois myriamètres de leur embouchure quelques menus graviers, mais un limon très gras, mêlé de germes et de détritus de végétaux , trouble constamment leur limpidité, et les fait employer aux irrigations, avec un extrême avantage.

Leur hauteur la plus constante vis-à-vis de Trinquetaille est de 1,600 au dessus du zéro de l’échelle du Rhônomètre (1) qui y est fixé, ou de 3,385 au dessus du niveau de la basse mer.

Leur courant se partage à plusieurs reprises, et embrasse divers ilôts. Comme il peut divaguer d’une rive à l’autre sur un lit formé de dépôts , il oblige les navires d’employer en tous temps des pilotes, pour se diriger dans la passe changeante que ces marins seuls étudient et connaissent.

13/ Etat du fleuve dans ses basses eaux
La longueur du débouché sous le pont d’Arles est seulement de 149,75m.

La vitesse de l’eau n’y est jamais inférieure à 1,45m par seconde, et leur profondeur jamais moindre de 16,50m dans les points les plus bas.
A mesure qu’on suit le fleuve à la sortie de la ville, on voit bientôt s’élargir et occuper de 400 à 800m d’espace.
Par une loi contraire, son lit inégalement sillonné s’exhausse, et la profondeur se réduit tellement aux embouchures que ; dans quelques circonstances peu rare, toute navigation y est interceptée.

14/ Formation des barres aux embouchures
C’est surtout quand les eaux sont basses, que se forment les barres, (2) et qui arrêtent les bâtiments de commerce aux Bouches du Rhône.

Le raisonnement vient à l’appui de l’observation pour le confirmer.
En effet, lorsque la mer battue par les vents du sud, fouille le sol sablonneux de ses bords et tend à les jeter dans le fleuve, celui-ci lui oppose son action, s’il est enflé , sa résistance peut forcer les obstacles, les emporter au loin, ou se frayer au milieu d’eux un libre passage.

Mais, si sa vitesse est sans énergie, les sables se précipitent dans son lit, et y restent gisant jusqu’à fleur d’eau , jusqu’à ce qu’une crue qu’on attend souvent plusieurs mois, vienne les déblayer.

P.-S.

(1) Rhônomètre : au tout début c’était une colonne installée dans le quartier de Trinquetaille a Arles, elle sert a donner une indication de la hauteur de l’eau du Rhône, la même est sur la commune de Fourques.

Extrait du site de la mairie de Fourques :Cette colonne est érigée à l’angle de la digue et de l’allée du vieux pont : c’est l’endroit où, depuis toujours, les fourquésiens viennent observer la montée des eaux lors des crues du fleuve. Le Rhônomètre présente le niveau atteint par les plus grandes crues au cours des siècles., celle ci a été égalisée par un groupe de Fourquésiens retraités qui l’ont réalisé bénévolement , pour quelle serve de mémoire.

(2) les barres :ce sont des bancs de sables, qui embarrassent sacrément la navigation fluviale, surtout a la remontée à contre courant cargaison maximum.

(3) le myriamètre est une ancienne unité de mesure adoptée sous la Révolution. D’une valeur de dix mille mètres (10 km ),

Répondre à cet article