Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« février 2021 »
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
 

 

Accueil du site > Notre Patrimoine > La Bouvine > Indissociables : Manades - Manadiers > Origines des Manades > Généalogie des manades actuelles (8/12) - BLATIERE-BESSAC

Généalogie des manades actuelles (8/12) - BLATIERE-BESSAC

dimanche 6 mai 2012, par Simbèu

LES ELEVAGES FONDATEURS (7)

Cet historique ne retrace que les grandes étapes de l’histoire de la manade. Il est complété par un ou des article(s) existant sur le site indiqué(s) par un *.

VII. La manade BLATIERE-BESSAC

PNG - 3.1 ko

En 1921, Alfred Blatière* (1878-1960) achète ses premières bêtes à Granon. Sans pâturages, il les mêle au troupeau de Joseph Raynaud sur ses pâturages du Cailar, du Courrejau d’Anglas, du Carrelet et aux Grandes Cabanes.

Entre 1921 et 1931 il fait l’acquisition de taureaux, vaches et "anoubles" auprès d’un éleveur narbonnais (mais d’origine Granon), à Camille Gourdon de Vauvert (exclusivement d’origines Granon et Baroncelli) et à Rouvillain (dont Moustelle I, mère de Moustelle II qui donnera naissance à Gandar en 1942).

En 1926, Fernand Granon accepte d’héberger son troupeau avec le sien.

En 1936, Alfred acquiert l’emblématique domaine des Iscles où la manade est toujours installée et en 1946 celui des Fontanilles.

JPEG - 167.1 ko
Les Iscles côté Gallician

Il passe le relais à ses fils Arthur et Alfred (Frédou) dans les années 1950. C’est l’époque de leur célèbre Gandar (voir aussi l’accident de Vauvert*).

JPEG - 5.3 ko
Frédou
JPEG - 15.9 ko
Arthur avec Gandar

C’est Jacques, le fils d’Arthur, qui leur succède.

JPEG - 4.4 ko
Jacques

Depuis 1996 ce sont ses neveux Laurent et Pierre Bessac qui assurent la continuité familiale à la tête de la manade Blatière-Bessac* qui possède aussi des pâturages au Cailar.

- Retour à la page des Annuaires*

P.-S.

Sources :
Le Camariguo.
Les répertoires des manades de Camargue (2003 et 2008) de Gilles Arnaud.
Le premier site de la FFCC.
La documentation personnelle de l’auteur.

764

Répondre à cet article