Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« avril 2021 »
L M M J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2
 

 

Accueil du site > Notre Patrimoine > La Bouvine > Indissociables : Manades - Manadiers > Origines des Manades > Généalogie des manades actuelles (2/12) - ROUGE et VERT

Généalogie des manades actuelles (2/12) - ROUGE et VERT

NICOLLIN

jeudi 18 juin 2009, par Simbèu

LES ELEVAGES FONDATEURS (1)

Cet historique ne retrace que les grandes étapes de l’histoire de la manade. Il est complété par un ou des article(s) existant sur le site indiqué(s) par un *.

I. Manade NICOLLIN.

PNG - 2.9 ko


De par sa lointaine origine Combet et malgré les changements de nom des différents propriétaires, on peut la considérer comme la plus ancienne des manades actuelles.

En effet, c’est en 1851 que Charles Combet (1825-1904), originaire de Marsillargues, achète le troupeau de 130 bêtes de M. Boissier du mas du Sauvage chez qui il était bayle. Il l’installe sur les pâturages se trouvant à Mornès, Bardouine et au Bois des Rièges mais aussi au Cailar, alléché par un arrêté municipal attribuant la pâture sur les terres communales aux habitants du village (voir préambule, année 1266).
1859 : « Charlé » comme on l’appelle, acquiert au Cailar, rue Emile Jamais, la maison « aux volets verts » devenue célèbre depuis.

JPEG - 4.2 ko
Anna Combet épouse Granon

Son fils, Laurent Combet - dit Combetou - Laurent Combetlui succède en 1897. Ce dernier perd quelque peu la raison suite à un accident en 1906. C’est alors sa sœur Anna, mariée à un banhat (ou bagna*) Fernand Granon, aidée de son fils Fernand* né le 5 octobre 1882 [1] qui dirige alors la manade installée à la Tour d’Anglas et à Sainte-Anne.

A son retour du front en 1919, Fernand gère la manade nommée Granon-Combet puis Granon.

La carrière de son fameux Sanglier* (1916-1933) s’étale de 1919 à 1931.

JPEG - 7.7 ko
Fernand Granon (fils)

Fernand Granon cède son élevage à René et Marcel Delbosc en 1937 mais conserve ses pâturages.

En 1945, Jean Lafont* achète les cocardiers de Granon à Marcel Delbosc. F. Granon lui laisse (dans les années 60) les prés du Cailar et de Vauvert, confiant : "Pour que mes bêtes aient mes herbes". Il décède le 31 juillet 1963.
En 1997, Jean Lafont vend la manade à Louis Nicollin qui lui donne son nom en 2002 (dans la liste chronologique présentée dans le dernier article, elle est placée à cette date [2]).

Avril 2015 : Louis Nicollin, propriétaire de ces deux manades, a décidé de réunir la manade "Rouge et Vert" et la manade Saint-Gabriel sous son seul nom, le sien.

JPEG - 13.3 ko
Jean Lafont
JPEG - 10.6 ko
Louis Nicollin

(voir aussi Toute l’histoire "Rouge et Verte"*)

Suite : Généalogie des manades actuelles (3/12) : YONNET

P.-S.

Sources :
Le Camariguo.
Le Rouge et le Vert de J. Durand et P. Coulomb
Les répertoires des manades de Camargue (2003 et 2008) de Gilles Arnaud.
Le premier site FFCC.
La documentation personnelle de l’auteur.

1.574

Notes

[1] les prénoms du père sont Fernand-Pierre, ceux du fils Fernand-Charles.

[2] dans le répertoire des manades de Gilles Arnaud, il est indiqué 1851

2 Messages de forum

Répondre à cet article