Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« février 2020 »
L M M J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 1
 

 

Accueil du site > Notre Patrimoine > Nos racines > Us et Coutumes > sobriquets

sobriquets

mardi 12 juin 2012, par Salva, Simbèu

Quelques sobriquets :

Le sobriquet des habitants de votre village ne figure pas dans la liste ou ne correspond pas à ce que vous savez : dites-le nous et on l’ajoute !

Par sobriquet nous entendons surnom familier donné par dérision, moquerie ou même affectueusement.
En général il est attribué en se basant sur une défaut du corps ou de l’esprit, ou sur quelque singularité...

Le sobriquet peut être attaché à un individu ou à une collectivité.

L’emploi de sobriquets permettait de distinguer des voisins portant le même patronyme. Il pouvait y avoir de 15 à 50 familles à avoir le même nom dans des petits villages. Les sobriquets étaient même plus usités que les véritables noms.

Les définitions ont été recueillies avec votre participation et en étant à l’écoute de nos anciens.

Après coup, nous avons pensé que quelques illustrations ne gâteraient rien !

Beaucoup sont formés à partir du verbe "manger" (manjo signifiant "qui mange") ou font allusion aux aliments. Ce qui nous permet de remarquer, à travers ces moqueries, l’importance de la nourriture autrefois.

VILLES SOBRIQUETS
Aigues-Mortes
JPEG - 2.4 ko

"Les Ventres Bleus"
Origine :
Au xvème siècle, lors d’une grande bataille, les soldats ayant eu beaucoup de pertes, décidèrent de mettre leurs morts dans une tour et de les recouvrir de sel pour qu’ils ne pourrissent pas.
Lorsqu’ ils voulurent les récupérer pour les ensevelir, ils avaient tous le ventre bleu.
Aigues-Vives
JPEG - 1.9 ko
JPEG - 1.8 ko
"Li Bagna"
(ceux qui baignent, sont mouillés)
Origine :
chaque année il pleuvait lors de la fête votive qui avait lieu en mai.
Aimargues
JPEG - 1.7 ko
JPEG - 2.4 ko
Fanfonne Guillierme
"Li Raubo-Vesso"
(les voleurs de vesce)
Les Aimarguois faisaient pâturer sur les terres de Marsillargues à des périodes... disons indues, on disait ainsi qu’ils "volaient l’herbe".

Un cocardier de Guillierme s’appelait Raubo-Vesso il y a peu.

Aramon
JPEG - 1.8 ko

Pont d'Aramon

"Li Raubo-Nega"
(les voleurs de noyés)
Origine :
De tous temps, le Rhône a charrié des noyés, volontaires ou involontaires qui s’échouaient sur les berges de la commune qui se trouve dans un virage du fleuve avec des îles un peu partout. On a prétendu que les Aramonais qui les trouvaient étaient tentés de faire les poches des noyés au cas où...
Baillargues
JPEG - 6.1 ko
Encierro
"Li Manjo-Toro"
(les mangeurs de chenilles)
Origine : ?
Beaucaire
JPEG - 1.5 ko

"Les Joyeux"
Origine : ?
Beauduc
JPEG - 2.7 ko
Blason des Salins
JPEG - 2.3 ko
Cabanon
"Les Gratte-Plage"
Origine :
Lorsque "le temps est aux palourdes", l’anse située entre la Pointe et le Grau de Beauduc, où est installée la station de pompage des Salins, est “envahie” de gratte-plage un seau dans une main et la fourchette à palourdes de l’autre. Mais d’aucuns prétendent que leur grattage consiste à chercher de quoi construire leurs cabanes...
Beaulieu
JPEG - 2.6 ko
"Li Manjo-Agasso"
(les mangeurs de pies)
Origine populaire :
A cette époque de diète, Beaulieu et Restinclières se disputèrent un nid de pies juché sur un chêne entre les deux villages, ce sont les Beaulieurois qui l’obtinrent, devenant ainsi des "Manjo-Agasso" (mangeur de pie), et les restincliérois, les Rasclet !!
Beauvoisin
PNG - 13.2 ko
JPEG - 2.3 ko
Abrivado
"Li Tèfle"
Origine populaire : les grosses têtes parce que joufflus.
Bellegarde
JPEG - 2.3 ko
"Li Manjo-Cacalausoun"
(les mangeurs de petits escargots)

Les habitants de Bellegarde sont aussi appelés les "Manjo-Canard".
Origine : ?

Boisseron
Le blason et la Porte
JPEG - 2.9 ko
JPEG - 2.6 ko
1- "Li Passeroun"
(les moineaux)
Origine :
du fait du caractère léger et versatile du boisseronnais.

2- "Li Sauto-Ro"
(les sauteurs de rochers)
Origine :
territoire chargé de nombreuses carrières avec présence de rochers sur les chemins.

Bouillargues
Le blason et celui de son école taurine
JPEG - 2.1 ko

Ecole de raseteurs

"Lis Escambarla"
Origine populaire :
Vient de "escambarleto" : croc en jambe
Escambarla, en occitan escambarlat.
Littéralement ça veut dire "qui a les jambes écartées, qui est à cheval". Mais dans nos pays, qui ont subi au XVIIème siècle les guerres de religion entre protestants et catholiques, ce mot a pris le sens péjoratif de "modéré", mal vu et suspecté par les fanatiques. Les habitants de ce village étaient sans doute des modérés qui ménageaient la chèvre et le chou et qui étaient donc mal vus par les extrémistes.
Boulbon
JPEG - 3 ko
JPEG - 2.2 ko
"Li Sauto-Crapaud"
(les saute-crapaud)
Origine :
autrefois pour le carnaval, les Boulbonnais faisaient sauter un mannequin en forme de crapaud (Trésor du Félibrige).
Cabannes
Le blason et la mairie
JPEG - 2.7 ko
JPEG - 1.7 ko
"Li Manjo-Fricasso"
(les mangeurs de fricassée)
Origine : ?
Carpentras
JPEG - 2 ko
JPEG - 1.7 ko
"Li Manjo-Tian"
(les mangeurs de terrinée)
Origine : ?
Castries
JPEG - 1.8 ko
JPEG - 2.9 ko
"Les Nobles"
Origine : ?
Peut-être à cause du Château et des seigneurs de Castries dont la ville a gardé le blason...
Châteauneuf du Pape
PNG - 5.5 ko
JPEG - 2.5 ko
"Li Cigalié"
ceux qui attrapent des cigales (cigalié signifie aussi étourdi)
Origine : ?
Châteaurenard
JPEG - 2 ko

"Li Manjo-Cèbo"
(les mangeurs d’oignons)
Origine : ?
Codognan
JPEG - 7.8 ko
Inauguration arènes 2009
"Li Lapin di Camp"
(les lapins des champs)
Origine :
Après le coup d’état du 2 décembre où Napoléon Bonaparte décrète la dissolution de l’assemblée constituante, dans le pays, un coup de force est tenté mais malheureusement ne donne rien.
Les participants sont alors poursuivis par les gendarmes de l’époque (la maréchaussée en 1851), mais ne parviendront jamais à coincer un seul habitant de Codognan.
D’où l’expression : "Couron coume de lapin de camp" (ils courent comme des lapins des champs).
Eygalières
Le blason et le traquet motteux
JPEG - 2.2 ko
"Li Quiéu-Blanc"
(les culs blancs)
Origine populaire : du nom d’un passereau migrateur, le traquet motteux qui a le croupion blanc.
Eyguières
JPEG - 2.2 ko
"Lis Aurihu"
(les grandes oreilles)
Origine : certainement cette caractéristique physique.
Eguilles
JPEG - 1.7 ko
JPEG - 2 ko
"Li Manjo-Biòu"
(les mangeurs de bœuf)
Origine : ?
Eyragues
GIF - 7.4 ko
JPEG - 3.5 ko
JPEG - 3.6 ko
Place de la Libération
"Li Gènt de la Saco"
(les gens du sac)
Origine :
Leurs lointains ancêtres avaient l’habitude de se promener avec un sac sur l’épaule. Plutôt miséreux, ils devaient y mettre tout ce qu’ils trouvaient en chemin susceptible de les nourrir. De là à les faire passer pour des voleurs (des boumian) il n’y eut qu’un pas vite franchi par les villageois voisins. Quand ceux-ci rencontraient quelqu’un qu’ils ne connaissaient pas et voyant ce sac, disaient : "Aquéu es de la Saco !" (celui-là il est d’Eyragues).

Autre sobriquet des Eyraguais : "Li Manjo-Gàrri" (les mange-rats), ce qui confirme leur pauvreté à l’époque.

Fourques "Manjo-Cacalausoun"
(mange-escargots)
Origine :
Explication donnée par L’Escolo d’Argenço,
"A Fourgues de tout temps, on a aimé manger les escargots, que ce soit des coutards, des mourguettes ou des missounenques.
On les mangeait accompagnant l’aioli, à la sauce provençale avec des tomates et petits lardons, en vinaigrette à l’huile d’olive avec ail et persil etc...
Une légende d’où Fourgues tire son surnom dit que ce sont les Bellegardais qui nous l’ont donnée au temps des diligences.
Cette légende dit :
A Fourgues un jour de grande fête les gens très pauvres à cette époque avaient fait ripaille de quelques escargots et de quelques boissons alcoolisées ; boisson dont avait abusé très largement le cocher de la diligence, tant et si bien qu’il s’était endormi longuement sur son siège.
Pendant ce temps les Bellegardais attendaient la diligence pour se rendre à Nîmes ; et ils attendaient, ils attendaient, s’imaginant tous les pires avatars.
Au bout de quelques heures, la diligence arrive au grand soulagement des Bellegardais qui assaillent le cocher de questions : Mais qu’est-il arrivé, vous avez été attaqué, vous avez été malade, les chevaux n’étaient pas prêts etc.. etc
Et le cocher leur répondit : Figurez vous qu’à Fourgues en ce moment c’est la fête et ils ont fait bombance avec des escargots ; ils en ont tellement mangé que ne sachant que faire des coquilles ils les ont jetées au milieu de la rue et il y en avait tellement que je n’ai pas pu passer et j’ai été obligé d’attendre qu’ils aient fini et qu’ils dégagent la route pour pouvoir partir.
Les Bellegardais crédules ne se s’étaient pas rendu compte de l’état du cocher et depuis ce jour ont colporté dans toute la région :
" N’attendez pas la diligence un jour de fête à Fourgues car ces « Mange-Escargots » la coincent avec leurs coquilles.".
Voilà d’où nous vient notre surnom."
Garons
JPEG - 1.7 ko
JPEG - 1.6 ko
Le parc
"Li Fifre"
(les fifres)
Origine : ?
Générac
JPEG - 3.1 ko
Le château
’Li Racanels"
(les râleurs)
Origine :
Grau du Roi
JPEG - 2.6 ko

"Li Pèd d’Escaus"
(les va-nu-pieds)
Origine :
Pieds nus, comme souvent le sont les pêcheurs.
mais on les appelle aussi : "Li Manjo-Tripo" (prov) ou "Manja-Tripa"(lang).
Origine :
Les Graulen adoraient manger les tripes des foulques lorsqu’elles étaient chassées sur l’étang du Médard.
Graveson
JPEG - 1.7 ko

"Lis Embourigo de Bos"
(les nombrils de bois)
Origine : Trésor du Félibrige :
on prétend que leurs nombrils étaient accrochés dès leur naissance au clocher de leur paroisse et qu’ils étaient remplacés par des nombrils de bois.
ils étaient également appelés "Li Toumbo-Crous" (les tombeurs de croix).
Le Cailar
PNG - 11.1 ko
JPEG - 1.8 ko
JPEG - 2.4 ko
"Li Manjo-Fango"
(les mangeurs de boue)
Origine :
Sobriquet dû aux crues (fréquentes) du Vidourle et du Rhôny qui déposent à chaque fois de la boue partout.
on les appelle aussi :
"Li Planto-Sauze" :
(les planteurs de saules)
Origine :
arbres très présents au Cailar. Figurent sur les armoiries du village.
Cela est dû certainement au fait que dans les temps anciens. les personnes qui avaient des plantations de saules (des saulaies) en fermage et qui en faisaient le commerce, étaient tenus de planter chaque année 100 à 150 petits saules (planchons de saule) afin de remplacer les arbres abattus (in Léon Pasquier).

Un cocardier de Guillierme s’appelait Planto-Sause il y a peu.

on les appelle aussi :
"Li Manjo-Sangar" :
(les mange-gardons)
Origine :
Le Vistre. le Rhony et les marais, cela faisait un grand territoire de pêche. Beaucoup de Cailarens vivaient de la pèche. Les gros poissons (Brochets. Carpes. Anguilles. Muges) étaient vendus mais les petits (sangars) étaient consommés par la famille du pêcheur où vendus à bas prix aux familles modestes.

Lédenon
JPEG - 2.1 ko
JPEG - 2.6 ko
"Les Nonnes"
Origine populaire :
la signification est que l’ancien village aurait été construit par des nonnes.
Le Paradou
JPEG - 3.5 ko
JPEG - 2.4 ko
"Li Badau"
(les badauds)
Origine : ?
Les Baux de Provence
JPEG - 2.5 ko
JPEG - 2.3 ko
"Li Galato"
(les goinfres)
Origine : alimentaire sans doute !
Les Paluds de Noves
JPEG - 6.6 ko
Action aux planches
"Les Canaques"
Origine populaire :
du fait que les Paluds ne sont pas commune et sont donc rattachés à Noves (comme la Calédonie est rattachée à la France ?).
Lunel
JPEG - 2.3 ko
Blason
JPEG - 2.6 ko
Pont sur le Vidourle
JPEG - 2.3 ko
Le canal
JPEG - 3.3 ko
Pellegrin-Goya
JPEG - 3.2 ko
Allouani-Mathis
"Li Pescaluno"
(les pêcheurs de lune)
Origine populaire :
Un petit garçon qui voyant le reflet de la lune dans le Vidourle voulait l’attraper avec son panier ...
Origine savante : (source : www.lunel.com)
Il était une fois, vers le VIème siècle, un misérable hameau de pêcheurs d’anguilles perdu au milieu d’un marais sauvage et inhospitalier.
Regroupés en confrérie, ces pêcheurs inventèrent une méthode originale de pêche à l’anguille qui proliférait aux alentours. Pour éviter à cet animal vorace d’avaler l’hameçon, ils eurent l’idée d’appâter le fond d’un panier qu’ils descendaient, attaché à une corde, sur les fonds vaseux des marais.
On sait que l’anguille aime chasser dans l’obscurité des nuits sans lune. Nos rusés pêcheurs surent tirer parti de cette particularité pour ne pêcher l’anguille que lors des nuits les plus sombres, et réaliser ainsi des prises quasi miraculeuses.
Parmi les quelques voyageurs qui osaient s’aventurer en ces lieux, certains furent témoins apeurés de ces pratiques nocturnes qu’ils ne manquèrent pas de colporter. Comme l’époque était, dit-on, fréquemment obscurcie par des nuages et que l’astre nocturne se faisait de plus en plus discret, on en déduisit que les gens des marais l’avaient tout simplement kidnappé dans leur nasse.
Ainsi naquit la légende des pêcheurs de lune, ce qui donna : les Pescalunes…
Maillane
Le blason
et le poète Frédéric Mistral
JPEG - 2.2 ko
PNG - 11.3 ko
"Li Manjo-Granouio"
(les mangeurs de grenouilles)
c’est aussi le sobriquet que nous donnent les Anglais.
Origine :
sans doute le fait de manger des cuisses de grenouilles, ce que les autres ne font pas.
les Maillanais sont aussi surnommés "Li Dansaire" (les danseurs.)
Manduel
Le blason des Consuls et la mairie
JPEG - 2 ko
JPEG - 3.5 ko
"Li Manjo-Bourro" :
(les mangeurs de bourre)
Origine populaire :
Jadis, les Manduellois mangeaient en salade les bourgeons qu’ils trouvaient dans les vignes des voisins.
Un cocardier de Guillierme a porté ce nom il y a peu.
Marsillargues
JPEG - 2.2 ko
Blason
JPEG - 2.9 ko
Le château
"Li Bajan"
Origine :
Pour voir des taureaux, les Marsillarguois de jadis auraient vendu leur âme au diable.
Or voila qu’un plaisantin, que la légende dit natif d’Aimargues, s’avise un beau jour de passer le Vidourle et s’en va crier dans les rues du village qu’un taureau formidable est de l’autre coté de la rivière et qu’il suffit de l’attraper pour s’offrir une belle course.
Tout Marsillargues se mobilise mais en guise de biòu il n’y avait qu’un animal de labour revenant du travail.
Le terme de "bajan", qui signifie badaud, entérina la crédulité des villageois en même temps que leur trop généreuse afecioun.
Mauguio
JPEG - 2.1 ko
JPEG - 2.1 ko
"Les Ventres Rouges"
Origine populaire :
en raison de leur tendance politique et aussi pour faire la comparaison (ou la différence !!) avec les Péroliens qui étaient eux appelés (aussi) les ventres bleus.
On les appelait aussi "Li Manjo-Granouio" (les mangeurs de grenouille).
Maussane
JPEG - 4.7 ko
JPEG - 1.5 ko
"Lis Arrougant"
(les arrogants)
Origine ?
Mazan
JPEG - 1.9 ko
JPEG - 1.5 ko
"Li Trauco-Gàbi"
(les perce-cages)
c’est une percette (petite vrille) qui servait à la confection des cages
Origine : ?
Montaud
JPEG - 9.1 ko
Le château de Montlaur
"Lis Espanhous" (graphie douteuse)
Origine : peut-être un rapport avec "Espagnòu" (Espagnol) ?
Montfrin
JPEG - 2.1 ko

Lou gòbi

"Li Manjo-Gòbi"
(les mangeurs de goujons, de petits poissons)
Origine : sans certitude, on peut avancer que ces gens mangeaient le produit de leur pêche dans le Gardon.
Montpellier
JPEG - 2.8 ko
JPEG - 2.1 ko
"Li Clapas"
(les tas de pierres)
Origine : ?
Mouriès
JPEG - 1.9 ko
JPEG - 2.7 ko
"Li Pimpant"
(les pimpants)
Origine : ?
Noves
JPEG - 2.1 ko
JPEG - 1.8 ko
"Li Manjo-Favo"
(les mangeurs de fèves)
Origine : ?
Pérols
JPEG - 2.3 ko
JPEG - 1.7 ko
"Les Ventres Bleus" (voir Mauguio)
Redessan
JPEG - 1.8 ko
JPEG - 2 ko
"Lis Ome de Papié"
(les hommes de papier)
Origine populaire :
des êtres sans volonté...
Remoulins
JPEG - 1.6 ko
JPEG - 2.5 ko
"Li Coute-Negre"
(les nuques noires)
Origine :
à cause de la couleur de peau de la nuque des paysans qui à force de travailler comme des forçats cette terre souvent inculte, avaient la nuque brulée par le soleil, donc noire.
Restinclières
JPEG - 4.3 ko
"Les Rasclet"
(les fauchés)
Origine populaire :
A cette époque de diète, Beaulieu et Restinclières se disputèrent un nid de pies juché sur un chêne entre les deux villages, ce sont les Beaulieurois qui l’obtinrent, devenant ainsi des "Manjo-Agasso" (mangeur de pie), et les restincliérois, les Rasclet.
Robion
JPEG - 2.4 ko
JPEG - 1.9 ko
"Li Manjo-Coucourdo"
(les mangeurs de courge)
Origine : ?
certainement que ce cucurbitacé y était cultivé.
Rodilhan
JPEG - 20.1 ko
En pays
"Li Capelan"
(les curaillons)
Origine populaire :
c’est à cause du fait qu’ils étaient très attachés aux traditions religieuses catholiques.
Saint-Andiol
JPEG - 2 ko
JPEG - 2.2 ko
"Li Guindaire"
qui se balancent en marchant, qui dansent ou qui balancent entre deux idées.
(Origine ?)
Saint-Drézéry
JPEG - 1.8 ko
JPEG - 1.9 ko
"Lis Espauri"
(les apeurés)
Origine populaire :
Une nuit bien noire, des jeunes gens des villages voisins disposèrent des coucourdes évidées, découpées à la manières de celles d’Allowin, avec une bougie à l’intérieur. Rentrant d’une fête, la jeunesse saint drézérienne fut saisie d’une panique sans nom, ce qui leur valut le surnom d’espauri.
Saint-Julien d’Olargues ?
JPEG - 3.1 ko
"Li Dansaire"
(les danseurs)
Origine : devaient faire beaucoup la fête (?)
Saint-Laurent d’Aigouze
Blason et tour Carbonnière
JPEG - 2.1 ko
JPEG - 1.7 ko
"Li Coute-Negre"
(les cous noirs) comme les habitants de Remoulins
Origine populaire :
c’est à cause du fait qu’ils travaillaient penchés sur la terre et se brûlaient le cou.... mais comme dit l’autre "s’il n’y avait que le cou ..."
Saint-Rémy de Provence
JPEG - 3 ko
JPEG - 3.2 ko
Glanum
"Li Sauto-Regolo" ou" Sauto-Rigolo".
(les saute-rigole) : les godelureaux, les élégants.
c’est aussi le sobriquet des habitants de Nîmes et de Mauguio
Origine : doit venir de leur tenue vestimentaire

Autre sobriquet des Saint-Rémois : "Li Manjo-Locho"(les mangeurs de loches).
Origine : ?
Saint-Series
JPEG - 1.8 ko
"Les Pélicans"
Origine : ?
Sussargues
JPEG - 2.2 ko
JPEG - 2.7 ko
"Li Rousigo-Poto" (prov) ou "Rousiga-Pota" (lang)
(ceux qui rongent le thym (lou poto, la pota))
Origine populaire :
c’est à cause du fait qu’à l’époque, il n’avaient rien à manger, et se rabattaient sur les herbes de la garrigue.
Uchaud
JPEG - 2.2 ko
JPEG - 2.1 ko
"Li Manco-Voutiéro" ou "Manco-Routiero" ? (graphie douteuse)
(les chauffards)
Origine populaire :
Les charretiers du village, avaient la réputation de rater souvent leur tournant ou virage.
Uzès
JPEG - 2.6 ko
JPEG - 2 ko
"Li Manjo-Meleto"
(les mangeurs de fretin)
Origine : ?
Vallabrègues
JPEG - 3.5 ko
JPEG - 2.7 ko
"Li Mamai"
Origine populaire : les Vallabréguants étaient surnommés ainsi parce qu’ils appelaient leur mère "mamai" (confirmé par une autochtone).

(l’un des deux C.T. du village s’appelle "Lou Mamai").
Vauvert
JPEG - 2 ko
JPEG - 2 ko
"Li Roulo-Code"
(les pierres qui roulent)
Origine :
c’est dû au fait que Vauvert était construit, au début, sur une colline des Costières et lors des pluies, les galets (li code) descendaient des collines.
Vergèze
JPEG - 2 ko
Blason
JPEG - 3.1 ko
Un vèri
"Li Vèri"
(évoque une variété d’escargot)
Origine populaire :
Vergézoises et Vergézois tiennent ce sobriquet du fait qu’ils mangent beaucoup d’escargots.
Il est vrai que même un rond point honore cette variété d’escargot et le club taurin de Vergèze se nomme, "Lou Vèri".
De mauvaises langues (?? !!) disent que cette appellation leur est due à cause de leur supposée lenteur....

Un cocardier de Saint-Pierre a été baptisé "Lou Vèri" et court en 2009.

Et il se disait...

des Mallemortais...
JPEG - 2.9 ko
Blason de Mallemort
"Li baile n’an gagna que la mita"
(les métayers n’en ont gagné que la moitié)
des Novais...
JPEG - 2.5 ko
Tarasque de Noves
"Siblon tout lou jour pèr pas agué pòu"
(ils sifflent tout le jour pour ne pas avoir peur)
des Rognonais...
JPEG - 1.6 ko
Blason de Rognonas
"Se boufo, van i cacalau"
(s’il souffle, ils vont aux escargots)
des Saint-Rémois...
JPEG - 4.4 ko
Les Antiques
"Quand fai soulèu meton li boto"
(quand il fait soleil ils mettent les bottes)

Première mise en ligne le 9 septembre 2009

P.-S.

2.449

1 Message

  • sobriquets Le 12 juin 2012 à 20:41 , par Jean-Paul.

    EYGALIERES : le village est construit au sommet d’ une petite colline. Le "cul blanc" se pose sur les mottes de terre pour surveiller le voisinage, d’où l’analogie.

    EYRAGUES : en plus de cette version la plus connue de la "saque", il en est une autre qui se base sur le sac dans lequel les paysans piochaient à la main l’engrais pour l’envoyer à la volée.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article