Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« septembre 2019 »
L M M J V S D
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6
 

 

Accueil du site > Notre Patrimoine > Habitat-Géographie > Les sites remarquables > Les Mas qui ont fait la Camargue

Les Mas qui ont fait la Camargue

Dernier ajout : 8 janvier.

Articles de cette rubrique

  • Mas de Méjanes 7323

    5 mars 2012, par Bernard

    Méjanes était une villa relativement importante qui faisait partie du domaine comtal, au commencement du XIIe siècle. Raimond de Bérenger 1er et Douce, sa femme, engagèrent à Raimond de Baux l’albergue (1) de Méjanes, en 1116. la maison de Baux fortifia Méjanes, que Gilbert de Baux vendit avec son territoire, le 6 avril 1240, à l’ordre du Temple, au prix de 43.000 sols de raymondins, (2) somme qui indique une étendue considérable. Gilbert garda la suzeraineté, pour laquelle son frère Barral fit hommage à l’archevêque, le 26 juin1243. Bertrand de Baux, fils de Barral, renouvela l’hommage, le 12 octobre 1268.

  • Mas de Malmussane 7317

    2 mars 2012, par Bernard

    L’abbesse de Saint Cézaire possédait des terres à Mamussane, dans une enquête il est dit que les territoires de Malmussane et d’Agon étaient séparés par une conse (1), qu’Agon n’était pas de la paroisse de Saint Jean de Malmusanne, mais que ces gens y venaient pour les secours spirituels.

  • Mas de Malmegarde

    2 mars 2012, par Bernard

    Ce mas de Camargue ; n’existe plus, il était situé entre Montredon et Sainte Cécile.
    L’acte le plus ancien concernant Malmegarde, que j’ai rencontre, est la vente d’un cent de 10 florins avec la majeure directe faite, le 2 décembre 1424, par Rostang du Pont, bourgeois d’Arles, à Silette de Cais, aumônière du monastère de Saint Cézaire, ledit cens assigné et imposé sur une terre et affar (1) qu’il possédait en Camargue, lieu dit Malmegarde, d’une contenance d’environ 75 seterés, au prix de 100 florins.

  • Mas de Merlata 7321

    19 février 2012, par Bernard

    Merlata, était au XVIe et XVIIIe siècle entièrement distinct du mas devenu, en 1501, le mas d’Usane, dont nous avons établi la suite des propriétaires jusqu’au moment ou Usane devint à son tour, en 1718, le mas de Seignoret. Mais, comme nous allons le voir, les deux domaines ont été, à un moment donné, en possession du même propriétaire.

  • Mas d’Albaron 7324

    16 février 2012, par Bernard

    L’érudit curé d’Albaron, l’abbé Chailan à fait l’histoire détaillée de sa paroisse.
    Le premier acte est du 18 novembre 1333, et le dernier du 7 mai 1336. Jacques Vinon, notaire, vice-baile, châtelain du Castrum d’Albaron.
    Le registre en question est un « étendu », c’est-à-dire que les actes y sont développés avec le luxe de formules juridiques en usage à cette époque. Malgré qu’il fut incomplet, il peut être considéré comme une rareté.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35