Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« décembre 2020 »
L M M J V S D
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
 

 

Accueil du site > Notre Patrimoine > Habitat-Géographie > Les sites remarquables > Les Mas qui ont fait la Camargue

Les Mas qui ont fait la Camargue

Dernier ajout : 13 septembre 2020.

Articles de cette rubrique

  • Mas de Merlata 7321

    19 février 2012, par Bernard

    Merlata, était au XVIe et XVIIIe siècle entièrement distinct du mas devenu, en 1501, le mas d’Usane, dont nous avons établi la suite des propriétaires jusqu’au moment ou Usane devint à son tour, en 1718, le mas de Seignoret. Mais, comme nous allons le voir, les deux domaines ont été, à un moment donné, en possession du même propriétaire.

  • Mas d’Albaron 7324

    16 février 2012, par Bernard

    L’érudit curé d’Albaron, l’abbé Chailan à fait l’histoire détaillée de sa paroisse.
    Le premier acte est du 18 novembre 1333, et le dernier du 7 mai 1336. Jacques Vinon, notaire, vice-baile, châtelain du Castrum d’Albaron.
    Le registre en question est un « étendu », c’est-à-dire que les actes y sont développés avec le luxe de formules juridiques en usage à cette époque. Malgré qu’il fut incomplet, il peut être considéré comme une rareté.

  • Mas du Juge 7314

    30 janvier 2012, par Bernard

    Le mas du Juge, que le juge de Barême avait acquis, devint la seigneurie de Mondauphin en passant a son fils Jacques de Barême, mais, les prétentions nobiliaires de ce dernier n’ayant pas obtenu de succès, et ses affaires étant très embarrassées, il vendit son fief à Delfine de Sartres, le 30 janvier 1681.

  • Mas de Grenouillet 7327

    29 janvier 2012, par Bernard

    Au mois de mars 1193, Raimond Roux et sa femme vendirent au monastère de Saint Césaire leurs droits féodaux au terroir de Granholhet, lieux dits Rovière et Mailairole. En juillet 1213, Pierre et Isnard Gabard vendirent au dit monastère une terre à Granholet.

  • Mas d’Agon 7322

    28 janvier 2012, par Bernard

    Le domaine d’Agon est connu, sous ce nom, dès les temps les plus reculés. Il fut donné, vers le milieu du XIe siècle, par la maison des Baux au monastère de Saint Cézaire.

    Catherine Bompar, fille d’Imbert, ayant droit des susdit Bompar, les apporta à son mari Elzéar de Porcelet, d’où elles passèrent à leurs héritiers Jean et Marquise de Porcelet, celle-ci épouse d’Honorat Boyc.
    Ce dernier transmit Agon à ses fils et à sa fille Louise, qui épousa successivement Nicolas d’Eyguières en 1471, et Jacques de Romieu.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35