Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« juin 2019 »
L M M J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
 

 

Accueil du site > Vade Mecum > b > Boucabèu

Boucabèu

mercredi 10 septembre 2008

Le taureau

- Retour aux Noms provençaux ou d’origine provençale de nos cocardiers. (1/2)

Particularité dans la robe d’un taureau.

Le mot « boucabèu » ne figure pas dans le dictionnaire de Mistral, où l’on dit simplement, à l’article « biòu » : « biòu bouchard », boeuf dont le mufle est blanc et noir . On pourrait traduire ce mot par "belle bouche" ou "mufle blanc".

Effectivement, si un « boucabèu », c’est parfois un taureau dont la robe noire est parsemée de taches blanches (on dit plutôt « caiet »), c’est plus précisément un taureau dont le mufle est cerclé de blanc.


Prés du Cailar - Manade Yonnet

Nous savons par exemple qu’il y avait dans la manade de Joseph d’ARBAUD « une famille de taureaux boucabèu (à mufle clair et portant une ligne fauve sur le dos) se transmettant le nom d’ Adrada en souvenir de l’ancêtre qui, dans une course, avait blessé le torero Angel ADRADA » (1).

Dans le récit de « La Caraco », d’ARBAUD nous donne d’ailleurs le féminin de ce terme lorsqu’il parle d’une vache « emé soun mourre de boucabèlo » (avec son mufle cerclé de blanc).

La chanson de Charloun ne s’applique pas à un taureau de d’ARBAUD, mais à un bête très célèbre en son temps (fin XlXème), de la manade YONNET.

Marius JOUVEAU écrivait du « Boucabèu » que c’était « un brau ardènt e souple que passavo li barricado autant bèn que li rasetaire »...

Claude MAURON
Paru dans "Le Camariguo" num 45


Au moins 5 manades ont eu des taureaux répondant du nom de BOUCABEU : Le Marquis ; Raynaud ; Mistral ; Thibaud ; Aubert ;


Le Trésor du Félibrige nous dit pour " caiet " :

Trésor du Félibrige

- Retour aux Noms provençaux ou d’origine provençale de nos cocardiers. (1/2)

Première mise en ligne le 10 septembre 2008

P.-S.

(1) C’est d’ARBAUD lui-même qui nous l’apprend dans sa revue « Le Feu » (15 janvier 1936) — sous le pseudonyme de Pierre LOUGAL !
Cette abondance de « boucabèu » se retrouve dans son oeuvre, par exemple dans le célèbre poème « Lou Tau » (« Lou grand tau boucabèu qu’avian sus la manado... ») et dans le conte du « Nouvè Gardian », où le « tau-mèstre » (taureau-maître) est nommé « Boucabèu ».

827

Répondre à cet article