Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« juin 2020 »
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 1 2 3 4 5
 

Aujourd'hui 1er juin 2020

-Bénédiction des bouteilles : le 1er juin 2020 - à  BOULBON

 

Accueil du site > Actualités > Comptes rendus de courses > C. R. 2015 > Course de Chateaurenard juillet 2015

Course de Chateaurenard juillet 2015

lundi 6 juillet 2015, par Yves Bustin

Banaru pétri de qualités cocardières
Pourpier et Jupiter les dynamiteurs

A la veille de la mythique Cocarde d’Or, c’est de tradition la 2eme journée du Trophée des Maraîchers.

Et même à 17h, la canicule était encore bien présente. L’affiche proposée par Bruno Pecout et son équipe avait très belle allure, tant du côté noir que blanc.
Aux huit prévus, s’est ajouté Mebarek. Mais comme à l’habitude, certains se sont un peu retenus...
A peine un tiers d’arène, c’est surprenant.

Au-dessus de ses acolytes, Katif(15pts) a été le catalyseur avec des attaques de la planche et ce à tous les taureaux.
Avec lui, Four(10,5pts) a démarré en mode diesel pour finir en bolide sur les deux derniers. Aliaga a été très propre(9pts).
Bouharguane(15pts), Ayme(15pts) et I.Benafitou(6pts) ont participé. _ Chekade avait semble-t-il la tête à Arles(7,5pts) . Par contre, Ouffe est resté bredouille.

Pour entamer la séance, COLVERT de Chauvet apparaissait comme une bonne mise en bouche.
Sérieux, il joue des cornes à la rencontre mais il manque un tantinet de son punch habituel. Au petit trot, il va défendre une ficelle jusqu’au bout et rentrer en silence.
On l’avait connu un peu plus impliqué.

Remplaçant LUGAR blessé, AFOUGA de Gillet n’a pas reçu la pression, loin s’en faut...
Les attributs partis, les ficelles ne sont pas très cibles. Seuls Katif et Benafitou lui servent de jolies longueurs. La 1ere, ouverte, accélère un peu le rythme. Elle sera pour Ayme, l’autre rentrant sans l’air.

Le suivant, TROUBADOUR de Laurent entre en scène avec beaucoup d’énergie avec entre autres un tampon bruyant après Aliaga.
Parvenu aux ficelles, il se pose près du toril et de temps en temps, il passe le museau surtout derrière les gauchers Aliaga, Four et Mebarek.
Et les dernières minutes, il finira majoritairement récalcitrant, sans la musique lui aussi, accordée toutefois 3 fois en course.

Avec BANARU du Rhône, ce n’est plus la même chanson.
Totalement maître de l’espace, il faut attendre 5 minutes pour voir sa tête grattée...
Le public gronde !
Cocardier, il se fait respecter en changeant de terrain à sa guise. Katif le charge et le taureau s’accouple. Dans la foulée, il anticipe Aliaga et à nouveau Zico. Gardant ses ficelles, il a montré de belles dispositions classiques.
Un peu plus de finition et il serait redoutable.

CARDINAL de Lautier va se retrouver aux ficelles après 2 minutes.
A partir de là, il faut le solliciter dans son terrain, comme Katie qui le voit s’envoler. N’ayant pas la bourre qu’il exige, il n’à pu se mettre en valeur, mais on l’avait vu plus concentré.

Avec beaucoup de sang, POURPIER de Saumade ne rate pas une seule occasion de s’envoyer sur les planches avec force.
Mais aussi dans l’au-delà.
Dont une monumentale envolée sur Benafitou, qu’il manque d’accrocher, puis un saut derrière Chekade. Bis repetita avec Four...
La course monte enfin de plusieurs degrés et Aliaga le retrouve à nouveau sur lui !
Méchant comme une teigne, il va rentrer ses ficelles avec un public conquis, après avoir déclenché 10 fois l’air de Bizet.

Le dernier, JUPITER de Laurent a fait son show.
Bouillant comme la braise, il décoche des flèches acérées tous azimuts. Et quand il en a l’occasion, il accompagne ses adversaires dans le pourtour et ça fait boum....
Plusieurs passages à travers les planches (Four, Aliaga ou Katif).
10 minutes étincelantes à consommer sans modération.

Répondre à cet article