Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« septembre 2019 »
L M M J V S D
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6
 

 

Accueil du site > Actualités > Comptes rendus de courses > C. R. 2017 > Aimargues. Vaches cocardières. 11 juillet 2017.

Aimargues. Vaches cocardières. 11 juillet 2017.

mercredi 26 juillet 2017, par Benoit Pastor

Une programmation équilibrée avec quatre gardoises (Blatière-Bessac, Nicollin), et quatre vaches provençales (Raynaud, les Baumelles), et des hommes en blanc qui ne se sont pas économisés.

Mention à Mickael Arnel, surpris par Carmen (Raynaud) en contre-piste, mais sans gravité.
Le tout dans des arènes quasi-pleines.

Autour de la course

JPEG - 138.8 ko
JPEG - 179.6 ko
JPEG - 152.8 ko
JPEG - 149.4 ko
JPEG - 189.3 ko
JPEG - 96.2 ko
JPEG - 207.3 ko
JPEG - 141.3 ko
JPEG - 123.9 ko
JPEG - 140.9 ko
JPEG - 168 ko
JPEG - 158.4 ko
JPEG - 135.7 ko
JPEG - 130.8 ko
JPEG - 138.3 ko
JPEG - 200.5 ko
JPEG - 53.6 ko

Saintoise (1030) des Baumelles.
De l’énergie, et de l’exigence : si elle est mal travaillée, elle file en contre-piste.
Elle répond aux attaques en série, où elle joue des cornes avec adresse, tout en pivotant à bon escient. Ce qui lui permet de ramener les ficelles aux Saintes-Maries.
Charnelet coupe la cocarde à 50€, que prend Ricci à 50€. Miralles et Clarion prennent chacun un gland à 27€.
Elle entend deux fois « Carmen », ainsi que pour son retour au toril

JPEG - 129 ko
JPEG - 125.1 ko

Carmen (807) de Raynaud.
Sort avec énormément de gaz et une furieuse envie d’en découdre.
Elle répond aux attaques en rafales, en finissant bien à la planche. Elle accroche Miralles sans gravité. Vaillante, elle continue le combat malgré une conclusion à la planche qui l’a fait saigner de la bouche. En fin de course, elle saute en contre-piste, et surprend Arnel. Le tourneur s’accroche aux cornes, et tous les blancs se précipitent pour l’aider. Énorme frayeur, mais le cailaren s’en tire bien ; le public l’ovationne.
Tous les attributs sont pris à 40€ : la coupe de la cocarde, et la cocarde, pour Miralles ; les deux glands pour Goujeon. Les ficelles retournent au Grand Radeau.
Elle a droit deux fois à l’air de Bizet, ainsi que pour son retour au toril.

JPEG - 143.3 ko
JPEG - 153.1 ko

Helena (745) de Blatière-Bessac.
Rapide, souple, expérimentée : le ton est vite donné.
Elle coupe le terrain pour surprendre les tuniques blanches, et joue de la tête pour défendre ses attributs qu’elle ne cède qu’après une lutte âpre. Elle monte en puissance au fur et à mesure de la course, et finit à la planche quand le raset lui plait.
Clarion coupe la cocarde à 50€, que prend Goujeon à 52€ ainsi que le premier gland à 30€. Les autres attributs retournent au Mas des Iscles.
Son engagement est récompensé de six « Carmen », plus un autre pour son retour au toril.

JPEG - 148.4 ko
JPEG - 158.5 ko

Beretta (150) de Nicollin.
Rapide, elle finit bien à la planche.
Elle répond aux attaques en série, mais apprécie les rasets déclenchés de loin, pour lesquels elle délivre des conclusions appuyées. Elle accroche Miralles à la planche, sans gravité. Si le raset ne lui plait pas, elle pivote à la planche.
Vacaresse coupe la cocarde à 54€, que prend Ricci à 60€. Sanchez et Soler se partagent les glands à 30€ chacun. Les ficelles regagnent les pâturages du mas d’Anglas.
Elle est récompensée de cinq « Carmen », ainsi que pour son retour au toril.

JPEG - 139.3 ko
JPEG - 145.9 ko

Pandora (720) des Baumelles.
Avec son physique imposant, et son tempérament accrocheur, elle donne du fil à retordre aux hommes en blanc.
Elle répond à tous les rasets avec une préférence pour les courts. Victime de son tempérament cogneur, elle se blesse sur une action, et boite. Le pélot demande le retour au toril. Le public applaudie la cocardière, et la présidence lui décerne un « Carmen ».
Tous les attributs rentrent.
Elle a eu droit à un « Carmen » avant sa blessure.

JPEG - 131.4 ko
JPEG - 118.5 ko

Theresa (446) de Blatière-Bessac.
Une bonne accélération, de bonnes reprises, des conclusions appuyées aux planches, parfois tête par-dessus ; le tout agrémenté d’applaudissements nourris.
La seconde cocardière orange et verte défend chèrement ses attributs.
Miralles prend directement la cocarde à 30€, Charnelet prend un gland à 40€. La première ficelle est pour Clarion à 70€, et la seconde pour Vacaresse à 50€.
Elle entend neuf fois l’air de Bizet- record de la course-, plus un autre pour son retour au toril.

JPEG - 130.8 ko
JPEG - 137.8 ko

Vénus (142) de Raynaud.
Très bonne sur les reprises, dotée de bons appuis, elle passe d’un raset court à un raset avec aisance.
Ses conclusions sont parfois très appuyées. Elle se déplace souvent pour ne pas se laisser enfermer par les tuniques blanches.
Ricci coupe la cocarde à 34€, que prend Goujeon à 34€. Lequel prend aussi le premier gland à 30€ ; le second est pris par Miralles à 34€. La première ficelle est prise par Goujeon à 50€, la seconde par Charnelet à 36€.
Elle a droit à un « Carmen », ainsi qu’à un autre pour son retour au toril.

JPEG - 143.1 ko
JPEG - 123.3 ko

Diva (361) de Nicollin.
Ses accélérations sont fulgurantes, et elle freine au ras des planches.
Elle répond aux hommes en blancs lorsqu’ils l’attaquent en rafale. Lors des rasets lointain, elle s’envole derrière le raseteur : Vacaresse, Clarion et Soler peuvent en parler. Elle est de plus en plus bagarreuse lors de son retour en piste.
Sanchez coupe la cocarde à 56€, que prend Charnelet à 80€. Clarion s’offre les deux glands à 30€ et 50€. Les ficelles retournent sur les terres d’Anglas.
Son engagement lui vaut quatre « Carmen », ainsi qu’un autre pour son retour au toril.

JPEG - 165 ko
JPEG - 133.6 ko

Diva - Soler :

JPEG - 112.8 ko
JPEG - 115.9 ko
JPEG - 123.8 ko
JPEG - 129.7 ko
JPEG - 134.2 ko
JPEG - 139.8 ko
JPEG - 144.1 ko
JPEG - 145 ko

À l’issue de la course, la présidence accorde un « Carmen » général aux manadiers pour la qualité de leurs cocardières, ainsi qu’aux hommes en blanc qui leur ont fait honneur.

Répondre à cet article