Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« janvier 2022 »
L M M J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6
 

 

Accueil du site > Notre Patrimoine > Milieu Naturel > Le Rhône de St Ferréol 9519

Le Rhône de St Ferréol 9519

vendredi 10 juin 2016, par Bernard

Le Rhône de Saint-Ferréol est parfaitement indiqué sur plusieurs cartes, entre autres sur celle de Bomparius (1594) (voir fig. 45), et sur celle de la Guillotière, éditée en 1620 par Leclerc, et dédiée au roi Louis XIII. Ces géographes sont parfaitement d’accord sur ce point et ont indiqué chacun un troisième grand bras du fleuve partant un peu au-dessous de Trinquetaille, coupant obliquement la Camargue du Nord-est au Sud-ouest, traversant l’étang du Vaccarès et venant déboucher dans la mer, près des Saintes-Maries, en laissant cette ville sur la rive droite.

De nos jours encore cet ancien bras est parfaitement distinct et on peut le suivre sur la presque totalité de son cours : il se détachait du Grand-Rhône à 7 kilomètres environ au-dessous de la ville d’Arles, à peu près à la hauteur du domaine de Montlong, un peu au-dessus du Fort-de-Pâques ; passait entre l’étang du Vaccarès au Sud et le marais de la Grand-Mar, et, après avoir formé un grand coude autour des terres du mas d’Agon, se dirigeait vers les Saintes-Maries d’où il débouchait dans la mer.
C’est dans le lit bouché de cet ancien bras qu’est aujourd’hui creusée la roubine de la Petite-Montlong passant près des domaines de la Tour d’Amphoux, château Brunet, Valériole, de la Tour de Montmeillan, au dessus de Villeneuve, Notre-Dame d’Amour, de Cabassole, du Mas Neuf et enfin contourne le Mas d’Agon par le nord, dans un de ses méandres frôle Méjanes pour prendre la direction plein sud .

Peu après ce dernier domaine, la Petite-Montlongue est coupée par le canal de la Vidange, creusé vers la fin du XVIe siècle (1587 ?), pour servir d’écoulement dans le Vaccarès aux eaux des marais de la Grand-Mar, du Pont de Rousty et de Paluns-Longue. Mais immédiatement après ce canal, le bras de Saint-Ferréol devient très distinct : sa largeur, sur quelques points, est aujourd’hui de plus de 100 mètres ; il passe un peu au-dessous du château de Méjannes, près des domaines de Cazalet, de Douine et des Frignans ; sa trace se perd ensuite sur la rive occidentale de l’étang du Vaccarès et se retrouve un peu plus loin vers l’Est, ainsi qu’à droite des Saintes-Maries.
C’est probablement à l’existence de cette ancienne embouchure qu’on doit de voir sur quelques anciennes cartes la ville des Saintes-Maries, ou de Notre-Dame de la Mer, placée sur la droite du Grau d’Orgon. Cette erreur provient sans doute de la confusion qui a été fait de cet ancien bras avec le Grau d’Orgon ouvert postérieurement à l’époque où la branche de Saint-Ferréol avait cessé de fonctionner.

On refait le parcours à suivre sur une carte IGN : Provence la Camargue
Prise d’eau entre Fort de Pâques et Monlong, au lieu dit « trou de la Cappe »
Passage entre la tour d’Amphoux et grand Gageron
Passage près de Bouchaud, Beynes et de la Capelanière
Passage entre château Brunet et la cabane des gardians,
Traverse les marais de : Tour Blanque, Mourefresch, Cabassole, Grand Mar, Remoules, contourne le mas d’Agon, Signoret, basse Méjanes, pâty de Gouyères, pâty de la Trinité, frôle le mas de Carrelet, Sigoulette, touche Bardouine, longe la bordure de l’étang des Impériaux, traverse les Arnelles, l’étang des Launes, se jette rive gauche des Saintes dans le grau d’Orgon

1 Message

  • Le Rhône de St Ferréol 9519 Le 12 juin 2016 à 09:58 , par Liberté

    Dans ses studieuses recherches, Annelyse CHEVALIER auteur du "Bois des Rièges écrit ceci :
    "la disposition du Rhône de St Ferréol recoupant perpendiculairement les cordons littoraux au nord des Saintes Maries de la Mer, laisse supposer que cet ancien cours du Rhône débouchait déjà immédiatement au sud du mas St Michel pendant le maximum de la transgression Flandrienne, soit vers 6.000ans avant notre ère.
    Les nombreux vestiges Grecs et Romains trouvés sur les berges du Rhône de St Ferréol tendent à prouver que ce cours était actif à cette époque. Des documents anciens établissent qu’au moyen âge, ce cours avait encore de l’eau et se jetait au Grau de la Fourcade, (emplacement du canal actuel de l’ancienne éolienne), à l’est des Stes Maries de la Mer.
    Il devient inactif au XIVe siècle, peu à peu aménagé en roubine d’irrigation".

    On trouve au large du débouché du Grau de la Fourcade les fondations immergées d’un port romain.

    Tout n’a pas été dit encore sur les sept graus du Rhône dont nous parle Mistral et où ils se situaient ?

    Liberté

    Répondre à ce message

Répondre à cet article