Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« janvier 2020 »
L M M J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2
 

 

Accueil du site > Actualités > Les Media - La Presse > 1. La Presse écrite > ’’Camargue Magazine’’, fusion du ’’Camariguo’’ et de ’’La Bouvino’’

’’Camargue Magazine’’, fusion du ’’Camariguo’’ et de ’’La Bouvino’’

Réactions de la presse écrite.

dimanche 24 novembre 2019, par Salva

Retour sur un vieil article toujours d’actualité 40 ans après...


Réactions du Midi-Libre et de Nîmes-Matin : des avis unanimes.

Juillet 1989

  Sommaire  

 Nîmes-Matin :

CAMARGUE MAGAZINE ENTRE DANS L’ARENE
Camariguo et La Bouvino ne sont plus, vive Camargue Magazine  !
Une nouvelle revue qui compte oeuvrer à la réunification de /a course camarguaise

La Course camarguaise est en crise, l’affirmation n’a rien d’une révélation. Un simple regard sur les gradins clairsemés du dimanche après-midi suffit à comprendre que la bouvine traverse une période difficile.
"Le drame de la course camarguaise est d’étre repliée sur elle méme", analyse Serge Popovitch, patron des Editions Notre-Dame. En effet, la comparaison est criante avec la course espagnole. L’ouverture de la tauromachie aux medias lui a donné une audience et un retentissement de portée internationale, alors que la course camarguaise reste cantonnée au triangle Montpellier, Martigues, Avignon.

Editeur à la fois de revues de bouvine et du mensuel Corrida , Serge Popovitch mesure, mieux que quiconque, l’audience des deux disciplines. "Corrida est diffusé à Dax et à Bayonne, et si j’avais les moyens de le distribuer, il est certain que j ’en vendrais à Paris..."
Ce n’est, hélas, pas le cas des revues de bouvine, mais l’ancien comptable, devenu aujourd’hui éditeur, ne raisonne pas toujours qu’en terme de rentabilité. _ Sentimentalement, Serge Popovitch reste étroitement attaché à ce Camariguo , qui a toujours été, pour lui, une superbe carte de visite.
Alors, aujourd’hui, contraint à la refonte des deux titres, le Camariguo et la Bouvino, l’éditeur a tenu à préserver les chroniques spécifiques à chacune des revues. Les lecteurs irréductibles du Camariguo retrouveront dans Camargue Magazine, "Le soleil des pistes" ou tant d’autres rubriques, ceux de la Bouvino, plus axée taureaux, les albums photos d’abrivados, de courses...

Elargir son public

"Nous avons cherché à faire une seule revue plus puissante, qui touche quasiment le double de lecteurs (avis aux annonceurs NDLR), avec une pagination doublée, qui apporte une grande diversité de lecture."

Le but de Camargue magazine serait en quelque sorte de faire éclater ce caractère confidentiel qu’a trop souvent revêtu la bouvine, en donnant plus de place à l’environnement camarguais, à la tradition, au folklore...

Si l’éditeur, perfectionniste n’est pas totalement satisfait du numéro un de Camargue Magazine, bouclé trop rapidement à son goût, il envisage d’étendre au domaine de la bouvine l’effort de présentation apporté à la maquette de Corrida comme on a pu en juger par le numéro de la Feria.
Pour faire face à des exigences de services, de délais et de qualité toujours plus grandes, les Editions Notre-Dame envisagent de regrouper, à l’horizon 90, toutes leurs activités de production sous un seul et même toit. Un espace rationnel qui accueillerait les ateliers de création, de photo-composition, de photo-gravure, l’impression et le façonnage.
Un espace de 1200 m2 sur la zone de Grand Stade, correspondant mieux à la croissance accélérée de cette entreprise au cours des dernières années.
J.-F.C.

 Midi-Libre

« Camargue Magazine » l’enfant de la crise.

La crise qui secoue le monde de la course camarguaise ne frappe pas que les organisateurs, la Fédération, les manadiers ou les raseteurs.
Elle touche de plein fouet la presse spécialisée. Le groupe de presse des éditions Notre-Dame, qui édite Le Camariguo et La Bouvino , vient d’annoncer la disparition pure et simple de ces deux titres. Ce double décès est compensé par une naissance, celle de Camargue Magazine .

"Une nouvelle revue, plus dense, à grande diffusion. Avec pour seul but, promouvoir la Camargue et ses traditions", indique Serge Popovitch, le P.D.G. des éditions Notre-Dame.

Les personnes qui avaient souscrit des abonnements aux deux revues verront ceux-ci prolongés d’autant sur le nouveau titre. Serge Popovitch se veut optimiste malgré tout.

"Il est tout aussi important qu’un petit club taurin organise une course de taureaux jeunes qu’un organisateur privé une grande course loufoque, médiatisée et qui crée l’événement. Quand les “purs et durs”, auront compris cela, nous rattraperons, peut-être, le lourd retard contracté".

Répondre à cet article