Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« juin 2019 »
L M M J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
 

 

Accueil du site > Actualités > Opinions/Réactions > "Pardonnez-les ils ne savent pas ce qu’ils font !"

"Pardonnez-les ils ne savent pas ce qu’ils font !"

jeudi 9 mai 2019, par Salva

Je pense que tout le monde connait l’expression "ouvrir la boîte de Pandore".

Pandore, épouse d’Épiméthée, apporta dans ses bagages une boîte mystérieuse que Zeus lui interdit d’ouvrir car elle contenait tous les maux de l’humanité.
Curieuse, elle ouvrit la boîte, libérant ainsi les maux qui y étaient contenus. Seule l’Espérance, plus lente à réagir, y resta enfermée.

Pourquoi cette "histoire" ? Parce que c’est cette expression qui m’est venue à l’esprit quand je suis allé lire les "Actualités" sur le site FFCC.
Mais oui, des fois il y a des informations...

Donc je suis allé "m’informer" et je tombe sur cette annonce :

JPEG - 77.5 ko

Si la F.F.C.C. recommande d’aller lire cet article c’est que le contenu de celui-ci est fiable et approuvé par elle.
Sinon elle ne nous conseillerait pas d’aller le lire. Normal.

Je m’y rends et là "ah que" surprise.

Comme l’article n’est pas aisé à trouver, je le reproduis ici pour notre commodité de consultation :

"La course camarguaise, une vraie identité culturelle

La Camargue et les taureaux, c’est une longue histoire d’amour… Elle est encore présente sous de multiples formes dont les courses camarguaises, qui ont lieu dans le Gard et l’Hérault, mais aussi dans les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse, entre mars et novembre.
Voici le principe : un raseteur, vêtu de blanc, fait face à un taureau de Camargue dans une arène et doit lui retirer les attributs attachés aux cornes."

- Ça commence bien.

"Ce sport taurin existe depuis les années 1700 », raconte Frédéric Niguet, vice-président de la Fédération française de la course camarguaise .
« Au départ, c’était des jeux pour que les employés agricoles pensent à autre chose le dimanche. Puis, ces courses se sont effectuées sur les places principales des villages et avec le temps on a construit des arènes en dur pour accueillir ces manifestations. »
Au fil des siècles, les courses camarguaises ont évolué et se sont règlementées pour devenir une pratique reconnue par le ministère des Sports depuis 1975.
« La Fédération forme les raseteurs, les arbitres et les délégués de courses », décrit Frédéric Niguet.
« La tradition est toujours présente à travers les costumes et les rituels avant et pendant la course. » Les taureaux de Camargue, en robe noire, sont élevés dans des manades.« Il en existe 120 à 130 sur les quatre départements », relève le vice-président de la fédération."


- Ah ! C’est le vice-président de la Fédération française de la course camarguaise qui parle donc on doit pouvoir croire tout ce qu’il nous dit puisque c’est un "officiel"....

- Ouuupppsss ! : "1700" ?
A vérifier... ici par exemple : Quelques noms et dates remarquables :
repères pour une histoire de la Course Camarguaise.
*

- "La Fédération forme les raseteurs, les arbitres...", "arbitres" ? le président de l’association des présidents de course a dû apprécier. Mais que dis-je, il a déjà dû réagir.

- "Il en existe 120 à 130 sur les quatre départements"
Re-Ouuupppsss ! : Monsieur le vice-président de la Fédération française de la course camarguaise, si on en croit votre site - j’ai pris la peine de compter - en 2019 vous comptez 118 manades licenciées, elles étaient 148 en 2010.
Quand on est vice-responsable on devrait connaître les dossiers dont on parle.

Puis, le ponpon !!!
In cauda venenum comme préconisait Cicéron à Catilina.

"Environ 600 des 850 courses officielles au calendrier se déroulent dans le Gard et l’Hérault. Dans les premières années des courses camarguaises, tout le monde pouvait y participer.

Désormais, il faut être un raseteur amateur, semi-pro ou professionnel pour descendre dans l’arène et faire face au taureau.

Un titre de champion de France récompense celui qui gagne le plus de points sur les différentes courses. Il est possible d’entrer à l’école de raseteurs à partir de 12 ans jusqu’à avoir le niveau requis.
D’abord, le nouveau formé concoure lors de courses de ligue pendant deux ans pour gagner de l’expérience, puis il peut s’aligner sur les courses d’avenir avant d’enfin accéder au sommet, les courses aux As.
« C’est une vraie formation », insiste Frédéric Niguet.

- "insiste Frédéric Niguet."
Ce n’est n’importe qui le dit ! Cela ne vous a pas échappé que c’est le vice-président de la Fédération française de la course camarguaise qui parle.

- "il faut être un raseteur amateur, semi-pro ou professionnel pour descendre dans l’arène"

La Course Camarguaise n’est plus un Sport amateur !
Donc les raseteurs ont désormais trois statuts différents avec des prélévements obligatoires, un taux d’imposition, des assurances différents, des compétitions différentes ?
C’est une ligue professionnelle qui s’en occupe ?
J’ai comme l’impression - ce qui serait fort possible - d’avoir manqué des épisodes...
Rassurez-moi, on est bien en 2019 ?

Je me demande, en lisant cet article réfléchissant une entrevue de Monsieur le vice-président de la Fédération française de la course camarguaise, quelles vont être les réactions de :
— les URSSAFs
— la Direction Générale des Impôts
— L’ Inspection du Travail
— le Ministère des Sports, ministère de tutelle, qui va avoir l’impression "qu’on lui a caché des choses, qu’il ne sait pas tout"...
— etc, etc...

Donc, comme Pandore, gardons "l’Espérance" et continuons à croire que l’avenir va s’éclaircir pour la Course Camarguaise.
Mais, avec qui ?

12 Messages de forum

  • "Pardonnez-les ils ne savent pas ce qu’ils font !" Le 9 mai à 12:37 , par Laurence LA BOHEME

    Bonjour,
    bien avec un peu de tout le monde, de tous les milieux, de toutes tendances, et là c’est pas facile mais pourquoi pas, j’y crois.

    C’est vrai que dans les avis il y a des différentes énormes mais bon,

    cdt.

    Répondre à ce message

  • "Pardonnez-les ils ne savent pas ce qu’ils font !" Le 9 mai à 12:43 , par Laurence LA BOHEME

    re-bonjour,
    je trouve que le début de saison se passe très bien.

    Les choses vont être beaucoup plus équitables qu’avant au niveau des 3 niveaux des raseteurs.

    Il faut patienter pour voir comment tout cela va se dérouler.

    Cdt.

    Répondre à ce message

    • Oui, ça se passe bien ; il n’y a pas de scandales, pas de bagarres, pas de....

      Mais mon seul critère c’est de voir le nombre de spectateurs sur les gradins et toute mesure qui ne tend pas à les faire revenir c’est une mesure qui peut attendre.

      Qui va pouvoir s’en occuper, ceux qui sont en place ou faut-il attendre les nouvelles élections (là aussi !) ?

      Répondre à ce message

    • Le début de saison se passe très bien !!!

      — de votre vision des courses ou de celle des journaux liés au TT ou là évidemment !!!
      — de plus la compétition n’a vraiment pas démarré, ou si peu aux As qui se doit d’être la vitrine.

      Répondre à ce message

  • "Pardonnez-les ils ne savent pas ce qu’ils font !" Le 9 mai à 14:57 , par Liberté

    La Fédération Française de la Course Camarguaise reflète comme un miroir l’état de santé de la course Camarguaise d’aujourd’hui.

    Ceux qui détiennent sa destinée entre leurs mains, ont les mêmes compétences qu’un infirmier qui se substitue au médecin en son absence.

    Il n’a acquis ni le savoir, ni ne sait établir le moindre diagnostic qui serait de nature à remettre son malade sur pied.

    Mais au pays de "Cocagne", certains se croient autorisés à dire et écrire n’importe quoi, du moment que les dirigeants ne connaissent même pas leur propre histoire.

    Il n’y a pas que les raseteurs qui devraient partir en stage de formation.

    Liberté

    Répondre à ce message

    • "Pardonnez-les ils ne savent pas ce qu’ils font !" Le 9 mai à 17:39 , par Laurence LA BOHEME

      bonsoir,
      quelqu’un qui n’a pas d’expérience au départ c’est gênant pour lui et ses collègues mais s’il s’intéresse s’il écoute s’il regarde il acquerra la même expérience et pourra aussi faire les choses très bien.

      Il ne faut pas décourager les apprentis au départ.
      Puis, même dans le monde de la bouvine, des choses doivent changer. Cela ne va pas être facile mais ça va se faire gentiment.

      Enfin, le volume des connaissances en la matière comme votre blog le prouve amplement avec les archives, les très nombreux documents forts intéressants, n’aide pas forcément à prendre la bonne direction.

      J’ai toujours pensé qu’il n’y avait pas que l’intelligence du savoir mais aussi celle du ressenti, je ne sais pas si je m’exprime bien.

      Amitiés,
      Laurence, La Bohème - Strepi-Pizza.

      Répondre à ce message

      • "Pardonnez-les ils ne savent pas ce qu’ils font !" Le 10 mai à 09:16 , par Liberté

        La Bohème,
        je ne sais pas de quels apprentis du départ vous voulez parler.

        Dans les commissions de la FFCC, je peux vous affirmer que les apprentis atteignent largement la moyenne d’âge qui dépasse les 60 ans.

        Quand aux jeunes qui essaient de se faire une place, le siège ne leur est accordé que s’ils rentrent dans le moule du concile taurin.

        Maintenant, en ce qui me concerne et pour avoir plusieurs courses à mon compteur, j’affirme que je n’ai aperçu aucun changement notoire, ni dans la compétition, ni dans les mentalités.

        Par contre, comme le dit Salva, les gradins se vident peu à peu.
        Et il y a là forcément une relation de cause à effet : le concile taurin est toujours sourd à l’évolution de notre course Camarguaise.

        Ceux qui n’ont toujours pas compris porteront la lourde responsabilité de n’avoir regardé que leur nombril.

        Liberté

        Répondre à ce message

      • Laurence on va essayer de discuter et de ne pas trop mélanger les choses...
        Je vais vous répondre point par point tout en prévenant que ce n’est pas un dogme mais une opinion comme une autre.

        Vous dites :
        "quelqu’un qui n’a pas d’expérience au départ c’est gênant pour lui et ses collègues mais s’il s’intéresse s’il écoute s’il regarde il acquerra la même expérience et pourra aussi faire les choses très bien."

        Tout à fait d’accord mais au bout de combien de temps ce "quelqu’un" aura-t-il assimilé les rouages de la Bouvine et prendre en main sa gestion ?
        Que fait-on en attendant ?

        Il ne faut pas décourager les apprentis au départ.

        Bien sûr que non mais les apprentis (les arpètes) sont là pour apprendre le métier en attendant il faut qu’ils restent à leur place et observent avant de décider.

        Puis, même dans le monde de la bouvine, des choses doivent changer. Cela ne va pas être facile mais ça va se faire gentiment.

        Ça...

        Enfin, le volume des connaissances en la matière comme votre blog le prouve amplement avec les archives, les très nombreux documents forts intéressants, n’aide pas forcément à prendre la bonne direction.

        Là j’en reste pantois.
        Au fond vous nous dites que "les connaissances" sont un handicap pour avancer.
        Permettez-moi de répéter qu’on ne peut savoir où l’on va sans savoir d’où l’on vient.
        C’est à partir d’un bilan et des leçons qu’on en tire qu’on peut envisager l’avenir.

        J’ai toujours pensé qu’il n’y avait pas que l’intelligence du savoir mais aussi celle du ressenti, je ne sais pas si je m’exprime bien.

        Là, nous cafouillons.
        Essayons de ne pas rentrer dans un cours de philosophie.
        Intelligence et savoir sont deux concepts distincts. Pour faire bref (très bref !) on admettra que le savoir est l’accumulation dans la mémoire de faits et de données et que l’intelligence est la possibilité de juger, après réflexion, en "frottant" deux idées, deux concepts, pour en obtenir un résultat.
        Donc, pour aller dans votre sens, l’apprenti voit, observe, apprend, accumule car rien n’est inné à ce niveau.

        Pour ce qui qui est de l’intelligence du "ressenti", à mon humble avis, il y a là une contradiction.
        L’intelligence nous en avons parlé, le ressenti est plus une réaction réflexe, reptilienne.
        "Aïe, c’est chaud !", c’est un ressenti. Si j’avais fait appel à mon intelligence j’aurais - sans doute jugé - que le contenu de la tasse était trop chaud pour le boire et je m’en serais abstenu.
        Si vous pensez que l’apprenti qui devient dirigeant doit gouverner en fonction de son "ressenti" je crains que nous nous brûlions souvent !

        Désolé, j’ai été un peu long mais Laurence mérite qu’on lui réponde sur le fond. J’espère avoir pu le faire.

        Répondre à ce message

        • "Pardonnez-les ils ne savent pas ce qu’ils font !" Le 10 mai à 12:54 , par Laurence LA BOHEME

          bonjour,
          et merci pour votre réponse.

          Enfin, je pense que nous sommes tous d’accord pour que les traditions (en ce qui concerne les courses qui deviennent une discipline sportive) perdurent le plus longtemps possible dans cette belle Région qu’est la Camargue.

          Bonne continuation à vous toutes et tous.

          Cdt.

          Répondre à ce message

  • "Pardonnez-les ils ne savent pas ce qu’ils font !" Le 12 mai à 17:35 , par Laurence LA BOHEME

    Ca y est nous avons trouvé le hic,

    voilà, je viens de répondre sur Facebook à une dame qui se demande pourquoi Youyou -Youssef Zekraoui- ne devrait pas participer à la course d’aujourd’hui à Beaucaire :

    "Bonjour Madame,
    non mais il doit y avoir une équité parfaite dans la possibilité de gagner des points pour chaque raseteur. Tous les raseteurs dans chaque niveau doit avoir participe :
    - au MEME NOMBRE de courses possibles de la saison que les raseteurs de son niveau ;
    - au MEME NOMBRE de courses de CATEGORIE IDENTIQUE (petites, moyennes, grandes arènes) de la saison ;
    - au MEME NOMBRE de courses dans son niveau (Honneur, Avenir, As)"

    SINON tout est FAUX au moment du calcul TOTAL des points (la course finale) ; c’est très simple à comprendre.

    En ce moment Youyou -Youssef- est 1er ce qui nous ravit nous ses fans mais il a fait plus de courses et des courses qui ramenaient plus de points que ces autres collègues du niveau AS.

    Avant Sabri avait beaucoup de points d’avance car ces critères n’étaient pas respectés.

    Nous avons toujours apprécié Sabri mais TOUT ETAIT FAUX.

    J’écris le message à la Fédération également car voilà le hic,

    amitiés, bonne continuation à Youyou, il faut un REEQUILIBRAGE,
    sur ce, hum ,🙆‍♀️

    Répondre à ce message

  • "Pardonnez-les ils ne savent pas ce qu’ils font !" Le 12 mai à 17:37 , par Laurence LA BOHEME

    Toutes les suggestions doivent bien sûr servir la Course Camarguaise dans un bon esprit.

    Cordialement.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article