Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« décembre 2022 »
L M M J V S D
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1
 

 

Accueil du site > Actualités > Comptes rendus de courses > C. R. 2022 > A propos de : 57e Finale du TROPHÉE des MARAÎCHERS

A propos de :
57e Finale du TROPHÉE des MARAÎCHERS

jeudi 15 septembre 2022, par Bernard Dumarcher

Une amère déception
qui reste en travers de la gorge

.

Superbe journée de soleil, et pourtant chacun a pu deviner les lourds nuages noirs qui s’accumulent au-dessus de la COURSE CAMARGUAISE.
Après une PALME d’OR à Beaucaire désertée, voici une Finale des MARAÎCHERS qui attire 1/3 d’arène dans une enceinte qui faisait le plein il n’y a pas si longtemps.

.

Pourquoi cela ?
Qu’allez- vous chercher quand vous prenez votre billet (13 et 17€ quand même) : de l’implication, un travail d’équipe, de l’émotion, le tout enrobé d’un certain talent.

Aujourd’hui tout cela était absent.
Vous me dites : il n’y a plus de taureaux ?
En ce jour, 6 taureaux sur 7 ont été largement supérieurs aux hommes et méritaient un travail autrement valorisant.

On a beaucoup parlé ce jour des absents : FELIX surtout, KATIF ou CADENAS (véritable intermittent de notre spectacle en 2022) mais
— que dire d’une Direction qui engage 7 raseteurs un jour de finale,
— que dire de la FFCC soumise à la toute-puissance des Manadiers et qui accepte et impose des quotas de raseteurs anormalement bas,
— que dire enfin de tous ces manadiers qui orientent leur cheptel depuis des années vers le spectaculaire et ne voudraient en piste que 5 à 6 raseteurs !

Ce jour en piste MARIGNAN est très loin de sa forme de la saison 2021 et se limite à lever des attributs et à quelques éclairs de classe.
ZEKRAOUI se prépare beaucoup à gauche pour finalement passer peu, alors qu’il est capable d’offrir davantage.
Enfin AMERAOUI a été d’une constance louable et nous a montré son envie de lever le 57e TROPHÉE.
Les 4 autres se sont montrés, certes, mais de façon tellement insuffisante, alors que l’occasion était belle.

Cerise sur le gâteau et pas des moindres : il a été distribué 37 Carmen  [1] ce jour, c’est dire combien on a perdu le sens des réalités et des valeurs à tous les niveaux.
Il n’y a pas que des gogos sur les gradins, qui croit-on berner ?
Carmen n’est pas une musique d’ambiance, c’est un indicateur de valeur en direction de l’aficionado et du touriste, c’est un outil de formation qui dit : là ce passage de course est très bon !

Cette futilité actuelle dans ce domaine nous fait pitié.

.

Mais descendons un peu dans le détail de la course :
CHOUAN (Saumade) 10 ans.
Solide, lourd sur les reprises, perd les attributs en 1’30.
Placé cul à la planche, s’engage violemment après ZEKRAOUI (2’50) puis BOUHARGANE (3’50), chasse les tourneurs, enfin saute après ZEKRAOUI en danger (7’30) avant que BERNARD nous offre un raset long de toute beauté. (8’40). Lent au démarrage, le taureau développe sa méchanceté une fois lancé.
Et c’est la fin du bal !
9’ il lâche beaucoup de rasets, réplique sur quelques mètres, sauf un éclair sur ZEKRAOUI où il percute (12’), et finit très difficilement, négligeant pratiquement tout, au bout du rouleau.
Il rentre ses 2 ficelles à 340€. A l’évidence il y a mieux dans les prés chez SAUMADE.
Pour moi sa course vaut 8/20.

PINOT (Les Baumelles) 13 ans.
Un costaud, une carcasse.
Très mobile à son habitude, lent au démarrage, jamais placé, il s’use dans ses multiples déplacements. Honore 2 séries (3’ et 5’) pour lâcher ses attributs en 5’10.
Aux ficelles……on attend !
Le public s’impatiente et siffle (6’, 11’ ; 14’, 14’50).
Un raset de ZEKRAOUI (6’40) puis une série soutenue à 9’50.
Soit 1 raset en tout et pour tout en 4’40.
Le taureau domine, balaie les groupes, daille ZEKRAOUI (13’10) ;
On contemple le désert. Il rentre ses 2 ficelles à 450€ sans pouvoir exprimer son réel potentiel.
Après Beaucaire à la Palme, voici Chateaurenard avec un même type de course pour PINOT . Décevant.
Pour sa domination sa course vaut 12/20.

• 3-CHICHARITO (Caillan) 13 ans.
Cornes longues et recourbées.
Très mobile, vif, il se place, se déplace et se replace avec une aisance remarquable. Très brillant sur les gauchers, à l’aise sur les reprises en série (3’30 et 4’20) il cède ses attributs en 5’10.
7’30 anticipe ZEKRAOUI puis AMERAOUI et se refait les deux à 9’45, alors que BERNARD est en perdition à 9’30.
Domine totalement, sa vitesse empêchant toute pose du crochet sur les cornes.
11’10 anticipe FOUQUE très limite.
Le final fait apparaitre une certaine intensité dans une série (13’20) et des anticipations qui font sa force et sa valeur face à ZEKRAOUI (10’45, 13’30 et 15’) AMERAOUI (13’40) EL MABOUB (14’).
Il rentre ses 2 ficelles primées 1.600€après un manque de travail suivi évident qui n’a pas permis de transformer cette bonne course en une grande course.
Pour moi sa course vaut 14/20.

• 4-MONTEGO (Lautier) 9 ans.
Quel beau taureau et quelle allure !
Placé au toril, il sélectionne au début puis enchaine sur BERNARD (3’ et 5’) FOUQUE (3’30) EL MABOUB (4’10 et4’40) avec des arrivées d’un danger extrême, corne pointée à la planche.
Cocarde et glands partent en 5’20.
Le taureau impose son énorme présence et sa domination absolue.
A gauche on se prépare, longtemps……et on ne passe pas !
Le public siffle.
8’10 énorme raset de BERNARD et 8’30 MARIGNAN.
Les temps morts se succèdent avec toujours le même scénario (à droite comme à gauche) : on se prépare, très longtemps, le tourneur fait monter et le taureau fonce dans le groupe et va se positionner à l’autre bout.
Pendant ce temps, le temps passe et les gradins s’impatientent. Ce taureau a besoin d’un travail d’équipe pour briller et il n’a que des bribes. Et puis en final 4 rasets avec MARIGNAN (12’ et 14’) qui démarmaille, ZEKRAOUI (13’30) supérieur, et EL MABOUB (13’50) qui finalement lève la 1ère ficelle à 1200€. (15’).
Seulement des rasets isolés, des hommes vaincus.
Aucune envie de se dépasser ou peur communicative ? Vous avez le choix.
Un vrai gaspillage. _Pour sa domination sa course vaut 13/20.

• 5-BOHEMIEN (Rouquette) 8 ans.
Alluré, beau port de tête.
Facile sur le raset, ses attributs tombent en 2’35 après un saut à l’improviste et un coup aux bois sur MARIGNAN (2’15) qui profite de cette moindre pointure pour faire des points.
C’est un taureau facile à la tête, on l’a dit et il va être délaissé.
Après 2 rasets de MARIGNAN (6’) et EL MABOUB (7’25) il faut attendre une anticipation sur BERNARD (12’25) et un excellent raset long de MARIGNAN (14’) qui lève la 1ère ficelle à320€, seul éclair dans une grisaille terrible et une ambiance disparue.
On n’a jamais pu voir ce que valait ce taureau et pourtant il en avait sous les sabots.
Pour moi sa course vaut 10/20.

• 6-BELENOS (Cuillé) 11 ans.
Cornes larges, grosse carcasse.
Très vif sur les reprises, débute par 2 coups aux bois sur AMERAOUI (1’10) et MARIGNAN (1’30)
Mais sa vaillance lui fait céder ses attributs en1’55. Se déplace très bien.
Aux ficelles le scénario est reparti : on attend, d’abord 3’ avant une anticipation sur BOUHARGANE (4’50) puis nouvelle pose de 4’.
Crispant et désespérant.
Enfin on commence à s’investir !
Le duo ZEKRAOUI/AMERAOUI (8’50 et 10’) nous montre que c’est possible. Et en final le taureau se dresse après MARIGNAN (11’ et 14’50) AMERAOUI (10’45) et ZEKRAOUI (13’) supérieur ce dernier.
Soit 6’ de travail brouillon, à l’arraché et des Carmen à foison indécents.
Encore une course à passer en pertes et profits faute de vrai meneur entrainant la troupe en piste.
Pour moi sa course vaut 12/20.

• 7-BOUMIAN (Nicollin) 11 ans.
Ce croisement Cuillé/Lafont a une allure de Baroncelli et le caractère qui va avec.
Il sort avec du pétard.
C’est un vaillant et un spectaculaire doté d’une méchanceté qui le fait s’acharner sur les planches, mais pas que. On note des coups de barrière sur AMERAOUI (10’’, 1’10, 7’, 11’20) ZEKRAOUI (4’ et 13’énorme celui-là) EL MABOUB (10’) .
Le taureau est une machine à tampons qui a vu un engagement total, jusqu’à l’épuisement d’un AMERAOUI cherchant la victoire finale.
Mais où était le raseteur cherchant à travailler ce taureau calmement, et l’amenant au sommet des tubes ? ce final était très possible mais n’a pas été souhaité.
On en est resté au raset de base pour enlever.
Pour moi sa course vaut 12/20

Désolé, mes collègues et moi n’avons eu aucune envie d’assister à une remise de prix ; Cela aurait été un non-sens.

La maison COURSE CAMARGUAISE est en feu.
Pire qu’en Aquitaine.
Elle brule par le haut, dans sa vitrine.
Entre autres…

Que ceux qui veulent la soigner se lèvent et se dépêchent car ce jour nous avons aperçu une moribonde.

Gaulois de Rebuffat avec Alexandre Gleize
Chateaurenard le 12 septembre 2004

Ph : Christian GELLET

Notes

[1] Président de course : GIBERT Philippe (NdR)

Répondre à cet article