Bouvine et Traditions
Bouvino e Tradicioun
 

Calendrier

« mai 2022 »
L M M J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
 

 

Accueil du site > Notre Patrimoine > Nos Origines -Racines > Histoire de la Camargue > Etude de Alain Carbonnier > Si la bouvine m’était contée (19/26)

Si la bouvine m’était contée (19/26)

vendredi 30 octobre 2020, par Bernard

Une étude de Alain Carbonnier

UNE COURSE DE BIÒU

Nous ne saurions clore cette période sans citer un extrait de Germain Encontre [1]

« Una coursa de biòu  » [2].

C’est d’autant plus utile à notre avis, que, si les archives nous donnent les faits dans leur rigueur, elles le font bien souvent avec une sècheresse qui rend mal compte du climat, de « l’ambiance » des courses, d’autre part on y trouve rarement la description complète d’une course de taureaux dans sa quotidienneté.

Una coursa de biòu , poème en quatre chants, en vers Languedociens, nous décrit d’abord l’arrivée des taureaux dans le village, escortés par les gardians à cheval, bien sûr on peut sourire de cette description un peu forcée de la joie populaire.

Pourtant il suffit d’assister, de nos jours encore, à une abrivado pour se rendre compte que peu de choses ont changé.

Une fois les taureaux enfermés dans le toril, il faut alors installer autour du plan, théâtres, gradins, charrettes et tombereaux.

Germain Encontre nous décrit alors la fabrication de cette arène improvisée.

Notes

[1] Ce Marsillarguois, chef des Républicains du Gard, fut déporté en 1851 en Afrique, après le coup d’état du 2 décembre de la même année

[2] « Una coursa de biòu  » : Poème publié en 1839, chez Balivet et Fabre, imprimeurs à Nimes

2 Messages de forum

  • Si la bouvine m’était comptée (19/26) Le 30 octobre 2020 à 16:04 , par Liberté

    On peut se référer aussi au livre de Patrick BRUGUIERE "une tradition régionale "les origines de la course libre 1800-1852".

    "La course de taureaux et la fête" débute ce bel ouvrage qui consacre également à Germain ENCONTRE une page d’histoire très intéressante.

    "una coursa de biôou".
    Una coursa de biôous rend tout ama contenta, ranima das plésis la troupa languissenta, ensi que dinc un mès un pâou de cambajoun, de la sâouça, toujours se releva lou toun."

    Liberté

    Répondre à ce message

  • Si la bouvine m’était comptée (19/26) Le 7 novembre 2020 à 07:51 , par Bernard

    J’ai pensé qu’un jour il y aurait une suite a cet ouvrage, mais !!!!!!

    Répondre à ce message

Répondre à cet article